Entreprise

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, qui participait à la visite d'Etat de cinq jours en Inde, voit dans ce pays de nombreuses opportunités d'attirer les touristes vers la capitale belge. "Nous repositionnons notre région grâce à la nouvelle ligne Bruxelles-Mumbai, et il y a la volonté d'en ouvrir entre Bruxelles et New Delhi, ce qui amènerait encore davantage de touristes", souligne Rudi Vervoort. 

Les liaisons aériennes entre la capitale belge et Mumbai ont d'ailleurs été célébrées à l'occasion de la visite d'Etat par un concert de Lost Frequencies, habitué de Tommorrowland, à la Porte de l'Inde. "La plupart des touristes viennent dans un but professionnel, nous devons donc développer à présent le tourisme de loisirs", estime le ministre-président.

Outre le volet touristique, cette visite d'Etat permet aussi aux universités de se positionner en termes d'échanges étudiants. L'émergence de la classe moyenne indienne est également une opportunité à saisir sur ce plan.

Rudi Vervoort a profité de son déplacement pour visiter en début de semaine les quartiers de la police de New Delhi, qui emploie 85.000 personnes. "Nous faisons face aux mêmes défis: les questions de terrorisme, la violence faite aux femmes mais aussi la violence conjugale", poursuit Rudi Vervoort. La police indienne s'occupe quant à elle également du volet prévention.

Pour le ministre-président, "le potentiel d'expansion est énorme", et la Région bruxelloise compte bien en tirer un avantage et "attirer plus de touristes indiens".

En 2016, la Région bruxelloise comptait 40.319 nuitées d'Indiens sur son territoire.