Entreprise

Le nouveau conseil d'administration de Resa a voté, mardi soir, en faveur de la nomination du duo Gil Simon-Luc Warichet à la tête du GRD liégeois.

Le nouveau conseil d'administration de Resa, le gestionnaire du réseau de distribution d'énergie en région liégeoise, n'a pas chômé. A peine constitué, il a voté, ce mardi soir, en faveur de la nomination du duo Gil Simon-Luc Warichet à la tête de Resa.

Ingénieur civil de formation et actuel directeur de département chez Resa, Luc Warichet est quelqu’un de respecté pour sa connaissance du secteur énergétique. Il est aussi conseiller communal MR dans la commune de Blégny, et a fait un passage éclair par le cabinet de Marie-Christine Marghem (MR), la ministre fédérale de l’Energie. Alors qu'il travaillait un jour par semaine pour le cabinet Marghem, notamment sur le dossier des subsides à l'éolien offshore, il était actif le reste du temps chez Nethys, qui possède des activités dans l'éolien offshore. C'est cette situation qui l'a amené à quitter le cabinet Marghem.

Gil Simon (PS), lui, est une figure politique bien connue puisqu’il a occupé diverses fonctions dans la galaxie Publifin. Il avait été appelé à témoigner au Parlement wallon dans le cadre de la commission d’enquête sur le scandale. Le socialiste est encore aujourd'hui secrétaire général de Nethys.

L'annonce par "La Libre" de l'arrivée de Gil Simon à la tête de Resa avait suscité pas mal de réactions négatives, notamment de la part du chef de groupe Ecolo au Parlement wallon, Stéphane Hazée. Ce dernier regrette que la recommandation de la commission d'enquête Publifin au sujet de l'écartement "des personnes dont la responsabilité est engagée" n'a pas été réalisée.

Ce lundi soir, le ministre wallon de l'énergie, Jean-Luc Crucke (MR), avait d'ailleurs plaidé en faveur du lancement d'un appel à candidatures en vue du remplacement de Stéphane Moreau à la tête de Resa. "Si j'étais membre du conseil d'administration de Resa, et comme ancien membre de la commission d'enquête, je pense que pour ces postes, il faut recourir à un appel à candidatures", a-t-il déclaré au Parlement wallon, selon ses propos retranscrits par l'Echo.

Il n'en sera finalement rien. Le lendemain de cette déclaration, le conseil d'administration de Resa a donc voté en faveur de la nomination du tandem Gil Simon-Luc Warichet. Ce duo sera assisté par le Christian Delatte en tant que directeur des opérations. Précisons que le CDH, le MR et le PS ont validé ce choix, tandis qu'Ecolo n'a pas encore désigné son représentant au conseil d'administration de Resa. Par ailleurs, certains observateurs sont satisfaits de la nomination de ce duo, alors que la piste alternative de Bénédicte Bayer avait été évoquée.

"Il s'agit d'un comité de direction provisoire, commente une source. D'autres dirigeants pourraient arriver par la suite".​

Des changements forcés par Jean-Luc Crucke

A la suite de l’éclatement du scandale Publifin, Jean-Luc Crucke (MR), le ministre wallon de l’Energie, avait fait voter un décret obligeant Resa à sortir du giron du groupe liégeois. Les nouvelles règles de gouvernance empêchent un administrateur de Resa de siéger également chez Publifin, ou chez Nethys. A côté de cette séparation du conseil d’administration, Resa a opéré une séparation managériale avec Publifin/Nethys. Stéphane Moreau, président du comité de direction, Pol Heyse, directeur financier, et Bénédicte Bayer, membre du comité de direction, ont tous les trois démissionné de leurs fonctions chez Resa.