Entreprise

Pour l’heure, Fernando Medroa, le tout nouveau directeur de Walibi Belgium (le parc et Aqualibi), a le sourire. "Nous avons déjà trois journées réservées pour des entreprises ." Et les particuliers ? "Les gens auront toujours besoin de se divertir. Ils vont gérer autrement leur budget, mais le budget loisirs sera toujours là." Et, au fond, dans le contexte actuel, celui-ci se transformera peut-être plus volontiers en entrées dans le premier parc d’attractions de Belgique qu’en un éventuel city-trip... Comme les autres années, une série de promotions vont être proposées en 2009, "mais pas plus que d’habitude. Pour l’instant, en tout cas" , affirme le directeur.

"On est très confiant , répète Fernando Medroa. Par contre, comme dans toute entreprise, on reste attentif à nos coûts." Sans pour autant qu’une réduction de coûts soit à l’ordre du jour. Les investissements vont suivre (dont le montant n’est pas précisé pour 2009) pour l’entretien du patrimoine du parc, la priorité de la Compagnie des Alpes, propriétaire des lieux depuis 2006. "Le parc a plus de trente ans (NdlR : il est né en 1975), rappelle Fernando Medroa . L’an dernier, par exemple, on a repeint l’entièreté de la Dalton Terror." En 2007 et 2008, ce sont huit millions d’euros qui avaient déjà été injectés à Walibi Belgium.

Bien se préparer à Noël

Aucune nouvelle grosse attraction n’est programmée cette année. "Des projets sont à l’étude" , déclare-t-il seulement. Il faut dire qu’on vient de démonter Vertigo, cette attraction "unique au monde" , à mi-chemin entre un téléphérique et des montagnes russes, qui devait faire "voler" les visiteurs au-dessus du parc. Elle devait être accessible en 2006, elle l’a été en... 2008, pour être fermée une quinzaine de jours après son inauguration. Un arrangement a été trouvé avec le fabricant autrichien. Le coût de l’attraction était de cinq millions d’euros au départ. "On n’a pas atteint l’objectif prévu par le constructeur en termes de débit par heure. On ne voulait pas décevoir le visiteur qui aurait dû faire de trop longues files , résume le patron. Le parc doit être innovateur, doit pouvoir prendre des risques, et c’était un projet innovateur."

Quant à la rénovation d’Aqualibi, "elle est à l’étude auprès de la Compagnie des Alpes. Le dossier est très bien parti" . Egalement sous la loupe, l’ouverture pendant les vacances de Noël, déjà pratiquée depuis plusieurs années à Bellewaerde, l’autre parc belge du propriétaire français. Il s’agit de bien se préparer, le but étant que l’ouverture à Noël soit aussi réussie - si pas plus même - qu’à Halloween.

En 2008, le parc a enregistré un record à l’occasion de son "Monster Festival" avec plus de 145 000 visiteurs, en hausse de 12 pc par rapport à 2007. C’était la neuvième édition. L’accès à Noël, ce ne sera pas encore pour cette année.

L’objectif final est bien sûr d’attirer un maximum de visiteurs. En misant sur ses points forts : "Nos attractions uniques comme la Radja River, unique de par sa taille en Belgique, ou le Loup-Garou, unique dans le pays." En soignant la formation du personnel (600 personnes en début de saison et jusqu’à 800 à 900 pendant les vacances).

Le patron vise le même résultat que l’an dernier : 1,35 million de visiteurs pour Walibi et Aqualibi, dont 1 million pour le premier et 2,1 millions avec Bellewaerde (en hausse de 5 pc par rapport à 2007).