Entreprise

Le Conseil économique et social de la Région wallonne (CESRW) a présenté vendredi son rapport annuel 2010 intitulé depuis quelques années déjà "Regards sur la Wallonie". Et d’après les constats, le sud du pays profite des immigrations géographiques d’entreprises entre les trois Régions. On découvre ainsi que 1 000 sociétés ont quitté la Flandre et Bruxelles pour s’installer en Wallonie en 2010. Dans le même temps, celle-ci a également perdu des unités qui ont délocalisé leurs activités pour aller s’installer sur le territoire des deux autres entités.

Mais le solde est positif et en faveur de la Wallonie, puisque les experts du CESRW le chiffrent à 253 sociétés commerciales. En 2007, ce solde était de 300 entreprises contre 198 en 2008 et 333 en 2009. "Le solde positif indique que la Wallonie demeure une terre d’accueil pour les entreprises des autres régions", explique Philippe Boveroux, économiste au CESRW. La fiscalité régionale favorable, les différentes aides, la situation géographique et la disposition d’espace expliquent notamment l’attrait de la Wallonie pour les entreprises.

Malgré la crise, la Wallonie affiche un nombre croissant d’entreprises depuis onze ans (voir infographie). Fin décembre 2010, on dénombre 91 840 sociétés commerciales contre 89 227 en 2009.

Le CESRW, qui s’apprête à subir un changement (cosmétique ?) de nom pour devenir Conseil économique et social de Wallonie (CESW), a également analysé la situation de la Wallonie par rapport aux autres régions européennes de tradition industrielle (les RETI : Nord/Pas-de-Calais, Lorraine, Asturies, Brême, Pays Basque, Catalogne, Ecosse, Sarre, Hambourg, Yorkshire & Humberside, etc.). "Nos performances économiques sont moins bonnes dans tous les domaines (chômage, taux d’emploi, PIB par habitant, etc.) que celles de ces régions, sauf en R & D où nous faisons mieux qu’elles. Mais en R & D, nos dépenses sont inférieures à l’objectif de Barcelone (3 % du PIB à la R & D)", note Jean-Pierre Dawance, secrétaire général du CESRW. Il rappelle d’ailleurs une étude européenne qui, sur la base des données de 2006-2008, arrive à la conclusion que les grandes entreprises consacrent plus de moyens à la R & D et à l’innovation que les PME. Elles innovent donc plus que les PME.

Revenant sur la crise économique de 2009, les données provisoires indiquent, d’après le CESRW, que la Wallonie a bien résisté. Elle a enregistré en 2009 un recul de son activité économique de 3,1 % en volume contre - 3,4 % pour la Flandre et - 0,5 % pour Bruxelles.