Placements / Marchés

La Bourse de New York, aidée par les valeurs financières, a terminé en hausse lundi, portant le Dow Jones et le S&P 500 à de nouveaux sommets en attendant une importante réunion de la banque centrale américaine.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a progressé de 0,28% à 22.331,35 points, le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,10% à 6.454,64 points et l'indice élargi S&P 500 de 0,15% à 2.503,87 points.

"Comme la semaine dernière, le marché est porté par la rotation entre les secteurs", a estimé Art Hogan de Wunderlich Securities.

Ainsi l'indice regroupant au sein du S&P 500 les valeurs des entreprises de services publics a-t-il reculé de 0,97% tandis que celui regroupant les valeurs financières a grimpé de 1,02%.

"De façon assez inhabituelle, on observe à la fois un renforcement du dollar, une hausse des rendements sur le marché obligataire et une progression des indices sur le marché actions", a remarqué Jack Ablin de BMO Private Bank. "Cela suggère que les investisseurs se montrent confiants sur la croissance américaine", a-t-il avancé.

"En l'absence d'événement majeur susceptible de se mettre en travers de l'avancée des indices, le marché conserve sa propension à monter", a aussi estimé Patrick O'Hare de Briefing.

Il a été aidé en ce sens, selon lui, par les opérations de fusion-acquisition du jour.

Le groupe de défense Northrop Grumman (+3,37%) a notamment racheté pour 9,2 milliards de dollars la société Orbital ATK (+20,20%), spécialisée entre autres dans les lanceurs de fusées.

Les investisseurs patientent surtout avant la réunion mardi et mercredi du Comité de politique monétaire de la banque centrale américaine.

Les marchés financiers ne s'attendent pas à une hausse immédiate de ses taux d'intérêt mais ils seront à l'affût de toute indication sur un possible tour de vis en décembre.

La Réserve fédérale (Fed) devrait en revanche annoncer la réduction progressive de la politique d'assouplissement quantitatif (QE) qu'elle avait lancée après la crise financière de 2008 en injectant massivement des liquidités dans le système financier.

"Les investisseurs semblent miser sur le fait que la Fed ne va pas se laisser influencer par les soubresauts ayant pu récemment affecter l'économie, comme les ouragans Harvey et Irma, et va se montrer plutôt optimiste", a avancé M. Ablin.

Le marché obligataire reculait: signe d'un moindre intérêt, le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans progressait à 2,231%, contre 2,202% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,802% contre 2,770% à la précédente clôture.