Placements / Marchés

American Airlines chutait à Wall Street jeudi après que la compagnie aérienne a annoncé une hausse inattendue des salaires de ses membres d'équipage, qui lui coûtera près d'un milliard de dollars sur trois ans, entre 2017 et 2019.

Vers 15H30 GMT, l'action plongeait de 6,90% à 43,20 dollars.

Dans un document boursier, la première compagnie aérienne américaine indique procéder à une hausse de 5% du salaire horaire moyen des hôtesses et stewards et de 8% pour les pilotes. Cette revalorisation se traduira par 230 millions de dollars supplémentaires versés en 2017, 350 millions en 2018 et autant en 2019. Au total, American Airlines va distribuer 930 millions de dollars supplémentaires à ses employés.

Ces annonces interviennent au moment où la qualité de service dans le secteur aérien américain est dénoncée, suite à de nombreux incidents récents entre membres d'équipages et passagers, parmi lesquels l'expulsion musclée d'un voyageur muni d'un ticket sur un vol intérieur d'United Airlines. American a pour sa part suspendu un steward qui a arraché brutalement une poussette des mains d'une passagère avec un bébé dans les bras.

"Si vous demandez si nous estimons qu'en rémunérant mieux nos équipes, en alignant leur paie sur les concurrents, va nous permettre de mieux servir nos clients, sans aucun doute. J'en suis persuadé", a déclaré le PDG Doug Parker lors d'une conférence téléphonique avec des analystes. Il a exclu que les incidents récents avaient forcé la main de la compagnie: "Nous y travaillons depuis plusieurs mois", a déclaré le dirigeant.

La revalorisation des salaires est à l'inverse mal perçue côté des marchés financiers, d'autant qu'elle intervient en pleine remontée des prix du kérosène dont la facture a flambé de 36% à 1,4 milliard de dollars chez American Airlines au premier trimestre.

"Nous sommes troublés par ce transfert de richesse de presqu'un milliard de dollars aux syndicats", fustige Jamie Baker, analyste chez JPMorgan Chase. "Hormis une augmentation des coûts fixes, l'accord d'American avec les syndicalistes établit un précédent inquiétant pour American et l'ensemble de l'industrie" aérienne, dénonce encore cet analyste, qui ne recommande plus aux investisseurs d'acheter des actions du transporteur.

Résultats meilleurs qu'attendu

Le geste d'American Airlines est inattendu et intervient deux ans avant des négociations salariales prévues avec les syndicats. Les salaires font partie des deux premiers postes de dépenses dans le transport aérien, avec le kérosène.

La compagnie aérienne a par ailleurs annoncé jeudi des résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre.

Si le bénéfice net a été divisé par près de trois sur un an, à 237 millions de dollars, il est néanmoins supérieur aux attentes lorsqu'il est ajusté par action et hors éléments exceptionnels. En effet, le bénéfice par action ajusté ressort à 61 cents, contre 55 cents attendus en moyenne par les marchés.

Le chiffre d'affaires de 9,62 milliards de dollars, en hausse de 2% sur un an, est également supérieur aux 9,6 milliards escomptés.

Ces résultats ont pâti d'une hausse des coûts de 11,4%, à 9,02 milliards de dollars.

La compagnie aérienne s'est toutefois montrée optimiste pour le trimestre en cours en annonçant que le revenu par passager et par mile parcouru (PRASM), un des indicateurs de la rentabilité dans le secteur, allait augmenter dans une fourchette de 3 à 5%. C'est mieux que la prévision de 2,5 à 4,5% faite en janvier. Il a progressé de 3,1% au premier trimestre.

Cet optimisme est dû au fait que la demande est importante aussi bien du côté des voyages d'affaires que des vacanciers, a expliqué le groupe.