Placements / Marchés

Wall Street, affaiblie par la chute du titre Apple, a ouvert en baisse lundi à l'occasion d'un jour semi-férié en Bourse aux États-Unis, les investisseurs surveillant également des annonces saoudiennes sur le marché du pétrole.

Vers 15H30 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,81%, à 25.779,55 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 1,51%, à 7.294,73 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,77%, à 2.759,58 points.

Portée par la fin de l'incertitude qui entourait les élections de mi-mandat aux États-Unis, la Bourse de New York avait affiché une confortable hausse sur l'ensemble de la semaine dernière: le Dow Jones avait pris 2,8%, sa plus forte hausse hebdomadaire depuis juin, le S&P 500 2,3%, et le Nasdaq 0,7%.

Une baisse liée au fournisseur Lumentum

A l'occasion d'une journée semi-fériée lundi sur les marchés américains en raison du "Veterans Day", commémoration en l'honneur des anciens combattants, les investisseurs étaient échaudés par la forte baisse du cours d'Apple (-4,23%).

Selon Patrick O'Hare de Briefing, ce recul est lié au plongeon en Bourse de son fournisseur, Lumentum (-27,72%), après la publication de ses résultats trimestriels.

Le patron de l'entreprise, Alan Lowe a affirmé à cette occasion avoir reçu la demande de l'un de ses plus gros clients --mais sans le nommer-- de réduire ses livraisons. Or Apple est l'un des principaux partenaires du groupe.

Cette nouvelle alimente les spéculations sur un ralentissement de l'activité du fabricant de l'iPhone, déjà présentes début novembre après des prévisions jugées décevantes à l'occasion de ses derniers résultats trimestriels.

La baisse du cours de Bourse de ce membre éminent de la cote pesait également sur une grande partie du secteur technologique, Amazon lâchant par exemple 2,72%, Twitter 3,67% et Facebook 1,01%.

Encadrement de la cigarette

Les investisseurs gardaient également un oeil sur les cours du pétrole alors que l'Arabie saoudite a estimé lundi indispensable de réduire la production mondiale de pétrole d'un million de barils par jour afin d'équilibrer le marché, au moment où la baisse des prix de l'or noir fait craindre un effondrement des cours comme en 2014.

Ces derniers rebondissaient lundi après avoir sombré vendredi à un plus bas depuis sept mois pour le Brent à Londres et depuis neuf mois pour le WTI à New York.

Sur le marché obligataire, les échanges étaient interrompus en raison du jour semi-ferié. Le taux de la dette à 10 ans avait clôturé vendredi à 3,182% et celui à 30 ans à 3,384%.

Parmi les autres valeurs du jour, le fabricant de cigarettes Altria reculait (-2,19%). L'agence de santé américaine (FDA) pourrait annoncer dès cette semaine des mesures d'encadrement de la vente de cigarettes électroniques et menthol aux États-Unis, d'après plusieurs médias.

Le groupe de santé Athenahealth bondissait (+9,53% à 131,82 dollars) après avoir publié ses résultats trimestriels et confirmé son rachat par la société d'investissement Veritas Capital au prix de 135 dollars par action.

Après avoir chuté de plus de 5% vendredi, General Electric continuait de sombrer lundi (-6,76%). Alors que l'inquiétude grandit sur l'état de ses liquidités, le groupe est monté au créneau en fin de semaine dernière pour tenter d'affirmer sa solidité financière, sans convaincre.