Placements / Marchés Nouvelle baisse du cours après l’annonce d’une restructuration et de résultats en baisse au 3e trimestre.

Les temps sont durs pour Balta. Mardi, quatre mois après son entrée en Bourse de Bruxelles, le groupe de tapis basé en Flandre-Occidentale a connu une nouvelle baisse du cours boursier, sur fond de mauvaises nouvelles. Le groupe a annoncé, lors d’un conseil d’entreprise, son intention de procéder à un plan de licenciement collectif. Ce dernier vise les activités de production du site d’Audenarde : 197 personnes sont concernées. Le fabricant de tapis va en effet déménager sa division "moquette résidentielle", située à Audenarde pour la loger sur ses autres sites de Sint-Baafs-Vijve (Vive-Saint-Bavon) et Tielt (Flandre-Occidentale).

Procédure Renault

La direction dit vouloir permettre à autant de travailleurs que possible de déménager sur les deux sites qui accueilleront les activités actuellement opérées à Audenarde.

Du côté syndical, on n’y croit pas trop, le transfert vers les deux sites paraissant loin d’être évident. "Les travailleurs basés à Audernarde auront pour une heure de trajet en plus s’ils travaillent à Tielt", entend-on.

Chez les travailleurs règne également un sentiment de frustration dans la mesure où, juste avant l’entrée en Bourse, ils ont déployé des efforts importants au prix notamment d’heures supplémentaires afin d’améliorer les résultats de l’entreprise.

La direction doit donner davantage de précision sur son plan ce mercredi. On est dans le cadre d’une procédure Renault.

Le groupe a aussi annoncé hier une baisse de 2,9 % de son résultat opérationnel au troisième trimestre, à 18,9 millions d’euros. L’entreprise dit faire face à une hausse des prix des matières premières et des cours de change défavorables et évoque, dans ses résultats trimestriels publiés mardi, des "mesures fortes" qui porteront leurs fruits dès ce quatrième trimestre. La direction précise ainsi "optimaliser" l’empreinte de la division "residential" (résidentiel).

Les résultats de Balta sont fortement influencés par l’évolution de la livre britannique. Lors de l’introduction en Bourse, le CEO de Balta, Tom Debusschere, avait expliqué que 11 % du chiffre d’affaires étaient liés à l’évolution du cours de change de la livre.

Neuf sites de production

Balta est le plus grand producteur de revêtements de sol textiles en Europe. Racheté en 2015 par le fonds d’investissement américain Lone Star, il comprend 9 sites de production, dont six en Belgique. Fin 2016, il affichait un chiffre d’affaires de 668 millions d’euros, dont 95 % à l’exportation dans 130 pays différents.

Lors de l’entrée en Bourse en juin dernier, Lone Star avait cédé près de la moitié de ses actions. L’action a été introduite à un cours de 13,25 euros, soit à des ratios très faibles (environ 7 fois le rapport entre la valeur d’entreprise et le résultat opérationnel). Elle a clôturé mardi à 11,47 euros (-5,60 %), soit largement au-dessous de son cours d’IPO.

L’analyste de KBC a jugé les résultats publiés hier "décevants" et a revu ses prévisions à la baisse tout comme du reste Degroof Petercam.

Il est prévu que Lone Star puisse vendre le solde de son paquet d’actions (54 %) d’ici la fin de l’année. Ce qui pèse sur le cours de Bourse et refroidit les investisseurs potentiels.