Placements / Marchés

De grands patrons catalans ont fait part mercredi de sa "préoccupation maximale" devant une éventuelle déclaration d'indépendance de la région, tandis que la Bourse de Madrid chutait, plombée par l'inquiétude entourant les valeurs bancaires.

Le Cercle d'Economia, important lobby patronal catalan, a fait part dans un communiqué de "sa préoccupation maximale devant la possibilité d'une déclaration unilatérale d'indépendance".

"Une telle déclaration plongerait le pays dans une situation extrêmement complexe, aux conséquences inconnues, mais dans tous les cas très graves", explique cette association qui compte parmi ses membres de nombreux grands patrons catalans, notamment les présidents des banques CaixaBank et Banco de Sabadell, et du parfumeur Puig (propriétaire de Nina Ricci et Jean-Paul Gaultier).

En parallèle, le lobby estime que "la violence (lors du référendum d'autodétermination interdit dimanche) est inexplicable, n'a pas de justification".

La tension provoque "des dommages notables à la gestion des affaires courantes et au maintien de la reprise économique et de l'emploi", souligne le communiqué.

Le président de Banco de Sabadell, l'une des deux principales banques catalanes, a fait mardi une allusion voilée à la possibilité de déménager le siège social de l'entreprise en cas d'indépendance de la Catalogne et de sortie de l'UE, qui lui ferait perdre sa source de financement au sein de la Banque centrale européenne.

"Je peux vous assurer que la banque, si c'était nécessaire, prendrait des mesures suffisantes (...) pour protéger les intérêts de nos clients dans le cadre de l'Union européenne et du système de supervision bancaire européen", a déclaré Josep Oliu lors d'une remise de prix de la fondation Sabadell.

"Les décisions opérationnelles se prennent et se prendront toujours en fonction de critères économiques, commerciaux ou liés à la régulation", a-t-il ajouté.

L'entreprise de biotechnologie catalane Oryzon a annoncé mardi soir le transfert de son siège social de Barcelone à Madrid "afin d'optimiser ses opérations et la relation avec ses investisseurs", une décision interprétée par la presse espagnole comme due aux tensions en Catalogne.

La Bourse de Madrid perd 3%, sous la barre des 10.000 points

La Bourse de Madrid perdait plus de 3% mercredi vers 17H13 (15H13 GMT), l'indice vedette Ibex 35 passant sous la barre du cap symbolique des 10.000 points, plombé par la chute des valeurs bancaires sur fond de forte incertitude en Catalogne.

Les établissements catalans CaixaBank et Banco de Sabadell perdaient respectivement 5,56% et 5,36%, tandis que Banco Santander, première banque espagnole et de la zone euro, cédait 4% à 5,59 points, et BBVA 4,08% à 7,14 euros.

Vers 17H20 (15H20 GMT), l'Ibex 35, composé pour un tiers de valeurs bancaires, évoluait en baisse d'environ 2,9% à 9.957,10 points.

En revanche Oryzon gagnait 27% à 2,28 euros sur le marché continu.

"La grave situation que vit l'Espagne (...) pousse les investisseurs internationaux à se défaire de certaines positions, aussi bien en obligations qu'en actions", résument les analystes de Renta 4.

"Les banques catalanes sont des banques espagnoles et européennes, ce sont des entités solides et les clients n'ont rien à craindre", a réagi le ministre de l'Economie Luis de Guindos.

Malgré la "confusion" actuelle, "les chiffres montent que l'évolution de l'économie catalane est positive pour l'instant", a-t-il assuré.

La Catalogne, forte d'une dynamique industrie exportatrice et du tourisme, représente 19% du PIB espagnol.