Placements / Marchés

General Electric a été exclu de l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average (DJIA), un revers illustrant les difficultés traversées par le conglomérat industriel américain depuis plus de deux ans. "General Electric faisait partie des premiers membres du DJIA en 1896 et en était un membre continu depuis 1907", a souligné David Blitzer, président du comité qui décide de la composition des indices au sein de la société S&P Dow Jones Indices, dans un communiqué diffusé mardi.

"Depuis l'économie américaine a changé: les entreprises des secteurs de la consommation, de la finance, de la santé et de la technologie sont désormais plus en vue et l'importance des entreprises du secteur industriel s'est amoindrie", a-t-il justifié.


"Remplacé" par un distributeur de médicament 

Le groupe sera remplacé à partir du 26 juin par la chaîne de magasins distribuant médicaments, produits de santé et divers biens de consommation, Walgreens Boots Alliance.

Le DJIA sera ainsi "plus représentatif des secteurs de la consommation et de la santé au sein de l'économie américaine", a assuré M. Blitzer. L'indice DJIA regroupe 30 entreprises censées représenter l'économie des Etats-Unis. En faire partie est la promesse d'une visibilité accrue sur les marchés.

A ce titre, cette décision est un nouveau coup dur pour GE, un fleuron de l'industrie américaine. Affecté par le ralentissement des marchés de l'énergie traditionnelle, notamment le gaz et le charbon, le groupe avait annoncé en 2017 un plan de restructuration prévoyant 20 milliards de dollars de cessions d'actifs.

L'entreprise, qui a acquis la branche énergie d'Alstom en 2014, a aussi récemment renoncé à son engagement de créer un millier d'emplois d'ici fin 2018 en France.

Son titre valait 60 dollars à son apogée en 2000 et évoluait encore à plus de 30 dollars mi-2016. Il a terminé la séance de mardi à 12,95 dollars et, dans les échanges électroniques suivant la clôture, il perdait 1,70%.