Placements / Marchés

La Bourse de New York a clôturé à des records vendredi, portée par des avancées législatives dans la future loi fiscale promise par Donald Trump: le Dow Jones (+0,71%) le Nasdaq (+0,36%) et le S&P 500 (+0,51%) ont terminé à des sommets.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a avancé de 165,59 points à 23.328,63 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 23,99 points, à 6.629,05 points.

L'indice élargi S&P 500 a progressé de 13,11 points, à 2.2.575,21 points.

Sur la semaine écoulée, le Dow Jones a pris 1,95%, franchissant au passage pour la première fois le seuil des 23.000 points, le Nasdaq 0,34% et le S&P 500 0,85%.

"Désormais la réforme fiscale ou à tout le moins les coupes fiscales ne sont plus seulement un espoir et cela suscite beaucoup d'optimisme", a commenté Sam Stovall de CFRA.

Le Sénat américain a donné jeudi son feu vert pour le lancement de la réforme de la fiscalité adoptant une résolution établissant les grandes lignes du budget 2018.

Une clause permet aux Républicains de n'avoir besoin que d'une majorité de 51 voix pour adopter la loi fiscale, facilitant d'autant plus sa future validation.

"Le sentiment qui prévaut est que pour chaque point de pourcentage baissé sur le taux d'imposition, les bénéfices des entreprises avanceront d'autant", a résumé M. Stovall.

Le parcours législatif de la loi n'est toutefois pas terminé.

"La résolution sur le budget au Sénat doit s'accorder avec celle de la Chambre des représentants. Ce ne sera peut-être pas chose aisée", a noté Patrick O'Hare de Briefing.

"Il serait illusoire de penser que la réforme sera mise en place avant le début de l'année prochaine", a ajouté M. Stovall.

Résultats des poids lourds

Ce projet de réforme a alimenté la hausse des valeurs financières qui ont représenté la plus forte progression sectorielle au sein de l'indice S&P 500 (+1,16%).

"Si la réforme fiscale est adoptée, la banque centrale américaine devra sans doute augmenter ses taux plus rapidement car il faudra contenir l'inflation générée par la réforme. Ce qui profiterait aux revenus des banques", a analysé Peter Cardillo de First Standard Financial.

La semaine à venir sera marquée par la publication des résultats trimestriels de poids lourds de Wall Street à l'image de General Motors, Boeing, Ford, Alphabet, Microsoft ou Exxon Mobil.

La première estimation du PIB américain au troisième trimestre sera également scrutée par les investisseurs, la période ayant été affectée par les ouragans.

Le marché obligataire reculait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,382%, contre 2,315% jeudi soir, et celui à 30 ans à 2,891% contre 2,828% la veille.

Sur le front des valeurs, General Electric a terminé en hausse (1,06% à 23,83 dollars) malgré des résultats trimestriels jugés "désastreux", par Goldman Sachs. Le groupe a dévoilé un plongeon du bénéfice net et de possibles cessions d'actifs évaluées à 20 milliards de dollars.

Le service de paiements en ligne PayPal (+5,53% à 70,97 dollars) a une nouvelle fois publié des résultats au-dessus des attentes, porté par les paiements mobiles, et a relevé ses prévisions annuelles.

En plein bras de fer avec l'investisseur activiste Nelson Peltz sur une entrée de ce dernier au conseil d'administration, Procter and Gamble (-3,65% à 88,25 dollars) a annoncé une faible progression de ses ventes et un maintien de ses prévisions pour l'ensemble de son exercice fiscal 2018.

Le fabricant d'accessoires de sports Skechers (+41,45% à 33,99 dollars) a bondi après l'annonce de ventes record au troisième trimestre.