Placements / Marchés Des pistes pour faciliter l’éducation financière des parents et des enfants.

La nouvelle application Yongo proposée par AG Insurance a bien entendu une arrière-pensée commerciale derrière la tête : elle doit permettre aux parents qui le désirent d’épargner en faveur de leur(s) enfant(s) via des produits d’AG Insurance.

Elle a toutefois, aussi, une dimension éducative qui a séduit la Ligue des familles : Yongo doit aider parents et enfants à faire les premiers pas communs dans leur vie financière commune, grâce notamment à des informations accessibles à tous sans être nécessairement clients ou le devenir.

"Aujourd’hui l’argent est presque totalement dématérialisé, cela a des conséquences sur la perception qu’en ont les enfants", a ainsi souligné Patrick Binot, directeur de la Ligue des familles. "Ils n’appréhendent plus la réalité de l’argent, il est important de leur donner cette notion."

Bien entendu, les parents gardent la haute main sur l’épargne versée dans le cadre de Yongo, qui leur accorde un véritable "contrôle parental". "Les parents peuvent contrôler ce que font leurs enfants sur la plateforme", souligne Benny De Wyngaert, Administrateur-Directeur chez AG Insurance.

L’enfant dispose d’un accès à cette app qui lui permettra de confronter ses rêves à la réalité de ses avoirs. "Cela apporte la notion de temporalité, et apprend aux enfants à cultiver leurs rêves", affirme encore Patrick Binot.

Leurs rêves, ce sont souvent des jouets pour 29 % des 310 enfants de moins de 12 ans sondés dans le cadre de l’étude "Enfants, épargne, argent" menée pour AG Insurance à l’occasion de la présentation de Yongo. Un enfant sur 4 rêve plutôt de console de jeu, de smartphone ou encore de tablette.

Les parents - plus de 1 000 ont été interrogés - ont pour leur part des objectifs sans doute bien plus terre à terre lorsqu’ils épargnent pour leur progéniture, en moyenne 39 euros par mois pour chaque enfant. D’une part, il s’agit d’une moyenne (les parents disposant de revenus plus élevés épargnent plus que ces 39 euros mensuels). D’autre part, tous les parents ne peuvent épargner (c’est le cas de 18 % d’entre eux).

Jusqu’à 20 000 euros

De nombreux parents (81 %) encouragent aussi leurs enfants à épargner lorsqu’ils reçoivent de l’argent à l’occasion de leur anniversaire ou de la Saint-Nicolas.

Le jeune épargne d’ailleurs, en moyenne toujours, 5 euros par mois.

De quoi lui permettre de pouvoir disposer à 18 ans d’une somme comprise entre 9 000 et 20 000 euros, selon les possibilités financières des parents. Pour 20 % des parents, cette somme doit permettre à l’enfant de financer l’achat de sa première habitation.P.D.-D.