Placements / Marchés Les autorités veulent savoir si le véhicule était en mode pilote automatique lors de l’accident.

En deux séances houleuses, l’action Tesla a pratiquement perdu 15 %. A la base des ventes en panique des investisseurs, un accident qui a coûté la vie à un conducteur d’une des voitures électriques de la marque américaine. Les autorités compétentes (National Transportation Safety Board ou NTSB), veulent déterminer si le véhicule accidenté était en mode de pilotage automatique au moment de l’impact contre la berme centrale d’une route en Californie. Cet événement malheureux mais plutôt banal sur le fond, n’a fait qu’amplifier les doutes du marché sur la capacité de l’entreprise d’Elon Musk à survivre alors qu’elle perd énormément d’argent et que la production de son dernier modèle (Model 3) destiné au grand public peine visiblement à atteindre les objectifs. C’est pourtant sur ce cheval de bataille que repose l’avenir de l’entreprise, alors que la concurrence commence à se développer avec notamment le lancement annoncé par Jaguar d’un modèle électrique comparable au Model X de Tesla mais à un moindre coût.

© ipm

Note dégradée par Moody’s

L’agence de notation financière Moody’s a pris les devants, prévoyant un manque de liquidités potentiel, à l’approche d’importantes échéances d’emprunts en 2019. Moody’s a décidé d’abaisser la note de la société à "Caa1" contre "B3" auparavant et l’a assortie d’une perspective "négative", ce qui suggère que l’agence envisage de la dégrader encore à moyen terme. Les investisseurs n’ont pu que s’aligner sur ces données nouvelles, craignant en outre une annonce prochaine décevante sur le rythme de production du Model 3. Par ailleurs, des fonds spéculatifs se sont positionnés à la baisse sur les actions de l’entreprise, leurs promoteurs se répandant dans la presse sur le risque de faillite de l’entreprise. Ceci a bien entendu pour effet de refroidir encore le marché. Hors intervention inattendue, Tesla pourrait aussi tenter de lever des fonds au travers d’un placement d’actions nouvelles. Mais dans le climat actuel, une telle opération pèserait encore plus lourd sur le cours de l’action. D’autant que les mauvaises nouvelles du moment interviennent dans une conjoncture difficile : ces derniers jours, les marchés boursiers américains sont entrés dans une phase de correction qui affecte précisément les valeurs technologiques.