Placements / Marchés

L'indice vedette de Wall Street, particulièrement touché par la chute des valeurs bancaires sur fond d'inquiétudes autour de la situation en Italie, a brièvement perdu plus de 2% en cours de séance mardi.

Vers 19H20 GMT, le Dow Jones Industrial Average cédait 1,97% ou 486,55 points et évoluait à 24.266,54 points après avoir cédé un peu plus tôt plus de 500 points.

"Les marchés américains ne redoutent pas une contagion de la crise en Italie mais ils craignent les conséquences de la ruée vers les actifs jugés sûrs", a commenté Art Hogan de Wunderlich Securities.

La troisième économie de la zone euro est plongée dans l'incertitude, dans l'attente de la formation du gouvernement de l'économiste Carlo Cottarelli, que les partis populistes ont annoncé vouloir rejeter pour rendre au plus vite la parole aux Italiens.

Ebranlés, les investisseurs se sont massivement détournés de la dette du pays, et de celle de ses voisins espagnols, portugais et grecs, pour se réfugier vers les valeurs refuges comme les dettes allemandes et américaines.

Résultat: signe d'un intérêt accru, le taux d'intérêt sur les bons du Trésor américain à 10 ans a chuté de plus de 5% mardi. Il évoluait vers 19H20 GMT à 2,768%.

"Quand le repli du +10 ans+ s'est accentué en cours de séance, les valeurs financières ont suivi", ces dernières voyant leurs marges se contracter quand les taux d'intérêt baissent, a remarqué M. Hogan.

Au sein de l'indice S&P 500, le secteur représentant les valeurs financières était de loin le plus affecté: il chutait de 3,94%.

Bank of America reculait de 4,66%, JPMorgan Chase de 5,01%, Citigroup de 4,62%, Wells Fargo de 4,06%, Goldman Sachs de 4,11% et Morgan Stanley de 6,53%.

A l'inverse, "les secteurs qui profitent généralement de taux plus bas comme l'immobilier (-0,08%) ou les entreprises de service public (-0,17%) ont limité leurs pertes", a souligné M. Hogan.