Placements / Marchés

La directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde s'est dit mercredi "rassurée" par de premiers entretiens qu'elle a menés avec l'administration du président américain Donald Trump, dont le programme économique inquiète au plan international.

"J'ai participé à plusieurs réunions avec des représentants de son administration dans les domaines économiques et financiers et les réunions que j'ai eues sont assez rassurantes et réconfortantes", a déclaré à Berlin Mme Lagarde lors d'une interview avec la chaîne de télévision allemande ARD.

"J'ai eu des discussions très positives avec le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, il a clairement manifesté son désir de travailler avec le FMI, sur une base multilatérale, il s'attend à une évaluation sincère de la situation et souhaite clairement une préservation de la stabilité financière", a encore affirmé la patronne du FMI.

Ces propos interviennent un peu plus d'un mois après l'investiture du nouveau président américain Donald Trump, tenté par le protectionnisme avec son slogan "America First" ("L'Amérique d'abord") et dont les premiers pas ont jeté le trouble au plan international.

Le nouveau président américain a notamment brandi la menace de taxes douanières relevées pour les entreprises commercialisant aux Etats-Unis des produits fabriqués au Mexique, en annonçant un projet de dérèglementation de la finance ou encore en accusant certains pays comme la Chine, le Japon ou l'Allemagne de manipuler leurs devises pour profiter d'avantages commerciaux indus.

Mardi, le nouveau secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a justement appelé le FMI à se montrer "honnête" sur les politiques de taux de change de ses Etats membres.

Depuis l'élection de M. Trump en novembre, le FMI s'est montré extrêmement prudent dans ses commentaires sur les Etats-Unis.

Mi-janvier, il avait relevé ses prévisions de croissance américaines en pariant sur un plan de relance budgétaire du président Trump mais s'est gardé de tout commentaire sur les velléités protectionnistes de la nouvelle administration.