Placements / Marchés

Les combustibles fossiles sont désormais écartés de l'offre de fonds d'investissement durable de KBC, a annoncé jeudi le bancassureur alors que se tient actuellement à Bonn la COP23. "Ainsi, KBC souhaite renforcer son impact favorable sur la société et donner à ses clients investisseurs l'opportunité de contribuer à une économie à faible émission de carbone", souligne KBC dans un communiqué.

Les entreprises actives dans l'extraction ou la transformation de combustibles fossiles, qui étaient encore reprises dans les paniers d'actions des fonds d'investissement durable de KBC en raison de leurs critères de durabilité favorables par rapport à ceux du secteur, ne le sont donc plus.

Les fonds d'investissement durable de KBC pèsent 5,75 milliards d'euros d'actifs sous gestion, soit deux fois plus que l'année dernière, précise encore le bancassureur.

La Coalition Climat, qui regroupe une soixantaine d'ONG et les syndicats, a salué "un pas dans la bonne direction". "Après l'Accord de Paris sur le Climat, il est devenu illogique de classer dans les investissements 'durables' des investissements dans des entreprises de combustibles fossiles. Nous sommes heureux que KBC le reconnaisse maintenant aussi. Nous espérons que les autres banques suivront rapidement cet exemple", commente Mathias Balcaen, expert au sein de la Coalition Climat. Ce dernier souligne toutefois que ce type de fonds reste un marché de niche.