Placements / Marchés

La décision du gouvernement fédéral belge de se protéger contre une remontée des taux d'intérêt a finalement coûté 2,57 milliards d'euros, a indiqué mercredi Jean Deboutte, directeur de l'Agence de la dette, lors de la présentation de son rapport annuel. 

En 2014, le Trésor avait décidé de profiter des taux d'intérêts bas de l'époque en optant pour des taux fixes grâce au mécanisme appelé swaps de taux d'intérêt. Une manière de se prémunir contre une éventuelle montée des taux qui aurait rendu le financement de l'Etat plus onéreux. Les années suivantes, les taux d'intérêt ont néanmoins continué à diminuer jusqu'à des niveaux historiquement bas. Le Trésor a donc dû payer la différence entre les taux fixés et les taux du marché. Avec un coût: 2,57 milliards d'euros pour la période 2015-2016 au total.

Parallèlement, le Trésor assure avoir épargné au moins quelque 4,7 milliards d'euros grâce aux taux d'intérêt bas. "Sur ces 4,7 milliards d'euros, 2,57 milliards d'euros ont été grignotés par les swaps. Il reste toutefois un avantage net de 2,2 milliards d'euros", selon M. Deboutte.

L'Etat fédéral a désormais cette opération derrière lui. "Nous pouvons maintenant pleinement profiter des taux d'intérêt bas", affirme Jean Deboutte.

L'environnement des taux bas a par ailleurs d'autres effets remarquables. La Belgique emprunte en effet à des taux négatifs à court terme, ce qui lui a rapporté 156 millions d'euros en 2016. "Nous nous enrichissons donc en empruntant", selon M. Deboutte.

L'Agence de la dette avait déjà calculé que les faibles taux d'intérêt auxquels l'Etat peut emprunter - actuellement environ 0,8% - avaient permis d'économiser quatre milliards d'euros, soit 1% du PIB.

L'Agence profite donc du climat des taux faibles pour allonger la durée de vie de sa dette tant que possible afin de fixer dans la durée les taux bas offerts par le marché. Certains emprunts ont été souscrits à 50 voire 100 ans. Fin 2016, la durée de vie moyenne de la dette s'élevait à 8,65 ans. Un an plus tôt, elle s'élevait à 7,96 ans. Fin avril 2017, la durée de vie moyenne a encore été rallongée à 9,19 ans.

Le coût du portefeuille de la dette est également en baisse. Le taux d'intérêt moyen pour l'ensemble de la dette s'élevait fin 2016 à 2,6%.

Les taux d'intérêt faibles sont une bonne nouvelle pour le gouvernement fédéral, puisque la dette de l'Etat est en baisse pour la seconde année consécutive. Elle est ainsi passée de 106% du PIB en 2015 à 105,9% en 2016.

La politique du Trésor d'augmenter la durée de vie de la dette "va porter ses fruits pendant des années", selon le ministre des Finances Johan Van Overtveldt.