Placements / Marchés

Le mouvement n’est pas neuf, mais il continue à surprendre. Alors que les taux rémunérant l’épargne fondent comme neige au soleil depuis un bon bout de temps, les sommes déposées par les particuliers sur les livrets d’épargne augmentent. On en a eu une nouvelle preuve, lundi, avec la publication par la Banque nationale de Belgique (BNB) des dernières données relatives aux dépôts d’épargne réglementés.

De ces données, il ressort que 264,16 milliards d’euros étaient placés sur les livrets d’épargne en juin, ce qui constitue un nouveau record. Par rapport au mois de mai, la hausse s’élève à près d’1 milliard d’euros. Les Belges, manifestement peu enclins à s’aventurer sur d’autres produits financiers plus rémunérateurs, continuent donc à privilégier la sécurité des carnets de dépôt.

Signe que la fonte des taux n’en finit pas, la KBC a décidé de faire passer de 0,11 % à 0 % les taux offerts pour les entreprises et les institutions publiques ayant leurs comptes d’épargne auprès de la banque flamande. "Depuis plusieurs jours, nous informons nos clients par lettre qu’à partir du 23 octobre, les comptes d’épargne KBC Pro et KBC Plus seront transférés vers des comptes d’épargne non réglementés", a expliqué la directrice de la communication du groupe auprès de plusieurs médias. "Cela signifie que les taux pour ces deux comptes passeront de 0,11 % à 0 %."

Selon Kristof De Paepe, manager de Guide-Epargne.be, un site de comparaison des taux financiers, il s’agit d’une première. "La banque a trouvé un moyen de contourner la législation pour ne plus verser d’intérêts", a-t-il indiqué. De fait, pour les comptes réglementés, la législation belge impose de ne pas descendre sous le taux minimum de 0,11 %.

© IPMGraphics

Taux minimum garanti pour les particuliers ?

Ce changement a poussé l’Unizo, l’organisation de classes moyennes en Flandre, à demander une concertation avec KBC. L’administrateur délégué de l’organisation patronale, Karel Van Eetvelt, ne voit en effet pas d’un bon œil la mesure et ne comprend pas que seuls les entrepreneurs soient concernés.

Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a, lui aussi, réagi à la décision de la KBC. Il dit avoir sollicité des avis juridiques pour vérifier comment le taux minimum pourrait être garanti sur les comptes d’épargne des particuliers. Le ministre N-VA dit comprendre la conjoncture difficile des institutions financières, "mais la situation de nombreux épargnants est à mes yeux au moins aussi importante".