Placements / Marchés

Les gouvernements français et panaméen travaillent à l'élaboration d'un nouvel accord d'échanges d'informations qui pourrait permettre à ce pays d'Amérique centrale de quitter la liste française des paradis fiscaux. La chancellerie panaméenne a indiqué vendredi qu'une délégation française du ministère de l'Économie et des Finances s'était rendue au Panama cette semaine afin d'échanger sur les différences entre les deux pays en matière fiscale.

La France exige que le pays d'Amérique centrale satisfasse à une série de critères afin de le retirer de la liste des paradis fiscaux. Le Panama avait été retiré de cette liste en 2012. Mais il y figure à nouveau depuis le scandale des Panama papers.

Des millions de documents venant du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca et publiés en 2016 avaient alors mis en lumière l'argent caché par des dirigeants politiques, des sportifs ou des personnalités du spectacle par le biais de sociétés offshore.

Les deux pays ont convenu de "continuer à travailler ensemble" et tout cela fera l'objet d'une prochaine rencontre à Paris en 2017, selon le communiqué.

Cette semaine, le Panama a réitéré auprès de la France "son souhait de disparaître à court terme de la liste des pays non coopératifs en matière fiscale", a affirmé la même source.