Placements / Marchés Le groupe active sa mécanique financière pour faire remonter des liquidités vers la maison-mère.

L’action du groupe de distribution automobile belge D’Ieteren a bondi de plus de 5 % (à 40,49 euros) ce mardi matin en Bourse de Bruxelles. En cause, une remontée de liquidités importante de l’ordre de 425 millions d’euros attendue de la part d’une des filiales de D’Ieteren.

Il s’agit de Belron, filiale à 94,85 % du groupe D’Ieteren, qui va réaliser de nouveaux emprunts à terme fixe pour un montant total d’1,3 milliard d’euros, a-t-on appris mardi dans un communiqué. Près d’un tiers de ce montant sera consacré au versement d’un dividende extraordinaire. Deux tiers de ces nouveaux emprunts devraient être libellés en dollars, le solde en euros.

La société spécialisée dans la réparation et le remplacement de vitrage automobile utilisera l’argent ainsi levé pour refinancer des emprunts qu’elle a émis, rembourser les prêts d’actionnaires existants, payer un dividende extraordinaire d’environ 450 millions d’euros à ses actionnaires actuels et couvrir les frais et coûts de transaction liés au refinancement.

"Cette transaction optimisera la structure de capital de Belron tout en maintenant une grande flexibilité financière pour ses options stratégiques. Le refinancement devrait permettre d’allonger le profil de maturité des dettes de Belron, l’échéance du nouvel emprunt à terme fixe étant prévue pour 2024", précise le communiqué.

La transaction reste également "en adéquation complète" avec l’intention déjà exprimée par D’Ieteren de trouver un partenaire minoritaire pour Belron.

D’Ieteren, qui va donc recevoir de Belron un dividende extraordinaire de plus de 425 millions d’euros, explique que cela "lui permettra d’élargir ses activités et de poursuivre sa stratégie à long terme visant à investir dans d’autres activités avec un potentiel de croissance important."

Le marché estime visiblement que cette opération va redonner du tonus à l’action D’Ieteren, déprimée, qui affiche un recul de près de 4 % depuis le début de l’année, et est valorisée à un peu plus de 10 fois les bénéfices. Qu'en pensent les analystes? Les derniers avis datent du 1er septembre dernier. Ils ont majoritairement positifs mais vont sans doute être revus en fonction de la hausse de cours de ce mardi. Le cible de cours la plus optimiste est située à 47 euros.