Placements / Marchés La Réserve fédérale mettra fin au "quantitative easing". Analyse.

Pas de secousse particulière en Bourse cette semaine. En tout cas aucun signe avant-coureur du cataclysme financier prévu par les oiseaux de mauvais augure en cas de fin du processus de soutien de l’économie américaine par la Réserve fédérale (Fed). Pourtant, cette fois, la présidente de la Fed, Janet Yellen, a signalé que l’injection massive de capitaux dans le marché obligataire, inscrit dans le cadre du "quantitative easing", avait atteint ses objectifs. Après avoir déjà relevé à quatre reprises son taux directeur (à court terme), la Fed devrait le pousser un peu plus haut au terme de la réunion de son comité monétaire du 13 décembre prochain. Mais, d’ici là, elle devrait surtout entamer un lent allégement de son bilan lourd de quelque 4 250 milliards de dollars sous forme d’obligations d’Etat et d’empruns hypothécaires (agrégés). Alors que le processus d’expansion monétaire a pris fin en 2014, les remboursements d’obligations arrivant à échéance ne seront plus réinvestis dans le marché par la Fed. On parle ici de montants colossaux puisque ce début de désinvestissement se traduira par une réduction de bilan à hauteur de 10 milliards de dollars par mois dès octobre.