Placements / Marchés L’opération de l’Etat présentée comme "un signal" vis-à-vis de l’Europe.

Le ministre des Finances, Johan Van Overt-veldt (N-VA), est soulagé. La vente hier soir de 25 % des actions BNP Paribas détenues par l’Etat belge s’est passée sans encombre. L’occasion de regarder de plus près cette opération de 2 milliards d’euros.

1 - A quelles conditions les actions ont été vendues ?

La vente s’est faite sous forme de placement privé orchestré par Bank of America et Merrill Lynch. Ce sont 31,2 millions d’actions qui ont été vendues, soit 2,5 % du capital de la banque française. La participation de l’Etat belge est ainsi ramenée à 7,8 %.

Le prix brut est de 66,40 euros et le prix net de 62,40 euros. La différence de 4 euros s’explique par le dividende (2,70 euros) et l’escompte accordé aux acheteurs (restés anonymes). Compte tenu de la valeur d’acquisition en 2009 (environ 58 euros), la plus-value est de 140 millions d’euros. Reste à voir quelles commissions seront versées aux intermédiaires financiers. Chiffre non communiqué.

2 - L’Etat belge a-t-il fait une bonne affaire ?

(...)