Placements / Marchés

Les Sicav de Cristal ont renoué avec la tradition initiée par “La Libre” il y a un peu plus de 20 ans déjà.

Vous l’aurez noté dans les interviews qui sont reprises dans ce supplément, les gestionnaires ont aujourd’hui parfaitement intégré leur rôle de garde-fous en plus de celui de fins limiers de la finance, capables d’intégrer toutes les dimensions évolutives des marchés financiers et de la fiscalité des instruments disponibles. Un ton mesuré, des préambules évoquant la sécurité du point de vue de l’investisseur particulier… Plus question de pousser les personnes à éviter les grands principes de précaution répétés par les sages du monde des placements. Et, on l’a vu ces derniers mois, la prudence est bonne conseillère, comme ont pu le constater les amateurs de spéculation débridée qui ont acheté sans rien y comprendre des cryptomonnaies exotiques à la volatilité incompatible avec les fondamentaux de la gestion de patrimoine.

Les batteries réglementaires mises en place par les autorités financières européennes à la suite des errements et à la crise financière de 2008, contraignent les opérateurs financiers, les banques, les conseilleurs financiers, à ne conseiller que des outils de placement ou de couverture parfaitement corrélés aux profils de leurs clients, sous peine de sanctions.

Nos classements réalisés avec nos partenaires de Symex, sont donc indicatifs de ce que peuvent espérer les clients des types de fonds repris… en fonction de leur profil. Nombreux sont ceux qui nous interrogent à propos des classements pondérés par le degré de volatilité ou la latitude de mouvements au sein des actifs, sans comprendre que certains fonds sont plus spéculatifs que d’autres, ce qui justifie d’un certain point de vue leurs rejets dans des classements plus pointus. Nous avons opté comme l’an passé pour une philosophie simple : des catégories de gestion classiques, et un classement au sein de ces catégories selon la performance pure sur l’année écoulée, pour les fonds commercialisés en Belgique à destination des particuliers.

Certes, on affirme dans le secteur de la gestion que les performances passées ne sont pas une garantie sur celles du futur. Mais elles n’en restent pas moins une excellente indication. C’est d’ailleurs de cette manière que sont calculés en fin d’année les performances d’un portefeuille d’actions, et… les bonis des gestionnaires. Dans une course automobile, fût-elle de longue durée, c’est toujours le plus rapide qui remporte le titre, et parfois seulement, le plus prudent. Cette image pour rappeler aux conseillers que c’est à eux de rappeler à leurs clients les principes de bonne gestion et de leur expliquer qu’il est essentiel d’adapter les outils de gestion à la personne, à son âge, à ses perspectives et à son environnement familial.

© IPM