Déco & Design Une exposition qui réunit des sculptures monumentales en bois, des tables en bronze d'une beauté rare, de la vaisselle en porcelaine aux couleurs dingues et des tableaux de papier plissé, cela vaut le coup d'oeil... Mais lorsque tout ça est présenté dans le vaste atelier d'Isabelle de Borchgrave, il faut y courir aussi pour voir le lieu.

Isabelle de Borchgrave crée des robes en papier qui font le tour du monde. Son savoir-faire, l'incroyable précision de ses modèles, leurs couleurs souvent chatoyantes et la magie qui s'en dégage tant on a l'impression d'être propulsé dans une époque, laisse pantois.

Eclectique, autodidacte, touche-à-tout, elle a découvert cette passion que ne l'a plus quittée dans les années 90. A New York, elle visite une exposition consacrée à Yves Saint-Laurent au Metropolitan Museum. Face aux créations du couturier français, Isabelle de Borchgrave a une idée : créer des robes de papier. L’occasion pour l’artiste de conjuguer sa passion pour la mode et le textile et son attrait pour la peinture. Le papier la fait toujours autant rêver. « C’est la matière de l'enfance. On le découpe, on le déchire, on le peint. C’est la porte ouverte à tous les rêves », raconte-t-elle.


Du bois, du bronze, de la terre, du papier

© DR

Aujourd'hui, l'artiste ouvre les portes de son immense atelier et lieu d'exposition de la chaussée de Vleurgat pour un événement intimiste. Dans cet espace rempli de lumière est présentée une sélection d’œuvres de Marc Nucera et de Christiane Perrochon, à laquelle elle a joint quelques-uns de ses projets récents : des tables, fauteuils, stelles et dessertes en bronze.

Et l'ensemble fonctionne merveilleusement bien : les matières, naturelles, relient toutes les oeuvres, et "la force du bois rencontre la fragilité de la porcelaine, son mouvement répond à la structure du bronze tandis que le poids du bronze parle à la légèreté du papier", détaille Isabelle tout en décentrant un plat fauve sur une table d'une grande force. 

Et la beauté, brute, colorée est partout où que l'on regarde!

© DR

Isabelle de Borchgrave qui adore travailler en collaboration ne cache d'ailleurs pas sa joie : les sculptures magistrales de Marc Nucera lui ont parlé directement dès qu'elle a rencontré cet artiste-poète singulier installé le sud de la France.

Et elle peut "regarder sans se lasser une porcelaine de Christiane Perrochon sur une table en bronze... tellement c'est beau". Elle dit d'ailleurs qu'elle a toujours eu l'instinct du beau, toute petite déjà elle agençait ses affaires pour qu'il y ait cette touche en plus qui fait que l'on s'arrête et que l'on se sente bien.

Et c'est bien ça que l'on ressent dans cet atelier-espace d'expo rarement ouvert aux regards du public, ancien garage totalement rénové où les jardins intérieurs répondent aux immenses lustres de papier et de fils de fer qui s'étendent depuis le plafond.

© DR

Partie-prenante de ce petit univers, les tableaux de papier plissé ajoutent de la gaieté à l'ensemble.

>> A voir jusqu'au 30 juin, chaussée de Vleurgat, 73a - 1050 Bruxelles. Ouvert de 11h à 18h, fermé le dimanche et lundi. www.isabelledeborchgrave.com

>> Isabelle de Borchgrave participe également  à l'exposition "Once upon a time" sur l'âge d'or de la montre émaillée où une vingtaine de robes de papier raconte 300 ans d'histoires de la mode. A voir au Musée du CInquantenaire, jusqu'au 17/09