Déco & Design

Le centre d’innovation et de design au Grand-Hornu (CID) consacre son exposition actuelle “From Belgium with light” – Les Belges ont (presque) inventé la lumière – à des entreprises et des designers de renom en matière de lumière. 

La lumière jaillira”, espérait Jacques Brel, chantant aussi les ciels si bas et si gris de la Belgique. Si la lumière est une denrée rare dans le pays, l’éclairage artificiel a, lui, connu un essor important, grâce à des entreprises et des designers indépendants. Le centre d’innovation et de design au Grand-Hornu (CID) consacre son exposition actuelle “From Belgium with light” – Les Belges ont (presque) inventé la lumière – à ce lumineux succès.

Des entreprises florissantes

L’exposition pose d’abord les balises historiques du design de la lumière en Belgique. Avec l’Art nouveau, notamment, et les luminaires de Victor Horta, en harmonie avec l’espace, à l’instar de cette lampe à pétrole élancée en laiton conçue fin XIXe pour l’hôtel Wissinger. La découverte de l’éclairage électrique, avec l’ampoule d’Edison en 1879, lui permet de se libérer de cette verticalité. Il faudra surtout attendre la seconde moitié du siècle pour voir se développer l’industrie lumineuse belge. Dans les années 80, les entreprises se multiplient. La Flandre et en particulier la région du Courtraisis deviennent les piliers du lighting avec plusieurs enseignes comme Modular Lighting Instruments, Wever&Ducré et Delta Light en 1989, devenues en quelques années des références internationales.

Ce succès s’explique par développement industriel que connaît le nord du pays à partir des années 50 conjugué à un soutien à l’innovation. En outre, la proximité des entreprises de transformation des métaux et de matériel électrique a aussi joué en leur faveur, permettant aux fabricants d’avoir à disposition, sur place, les matériaux et le savoir-faire nécessaires pour produire leurs lampes. L’avènement de l’halogène – que Paul Rommens, fondateur de Modular, est un des premiers à important – ne sera pas étranger non plus au rayonnement de cette industrie.

Approche émotionnelle

A côté de ces entreprises, l’exposition entend aussi mettre en lumière de nombreux designers ont fait de l’éclairage leur terrain de jeu. “Des créateurs comme Nathalie Dewez, Jos Devriendt, Alain Berteau, Sylvain Willenz ou Frederik Delbart vont s’orienter vers une notion plus intime et personnelle de la lumière, sans pour autant céder à la tentation de l’ornement”, explique le commissaire Benjamin Stoz. Cette approche plus émotionnelle de la lumière se manifeste, par exemple, dans l’utilisation des matières. Longtemps, le métal, le verre et le plastique ont été les matériaux les plus utilisés. Aujourd’hui, les designers n’hésitent pas à recourir à des matériaux atypiques comme le liège, le béton ou encore le basalte.

Avancées technologiques

Le design de lumière évolue au gré des avancées technologiques. Pour Henriette Michaux, conceptrice lumière et professeure d’éclairage à l’ULB, “ce sont ces avancées technologiques véritablement qui ont guidé la forme des luminaires des XXe et XXIe siècles”. Par exemple, la création de surfaces planes pour les sources lumineuses a influé sur l’aspect formel des luminaires. On se demande donc inévitablement à quoi ressembleront nos lampes à l’avenir, au regard des nouvelles technologies, des besoins des individus et de la question des ressources énergétiques. Sur cette question, il reste des zones d’ombre.

Infos : From Belgium with light – Les Belges ont (presque) inventé la lumière, au CID Grand Hornu, jusqu’au 25/2. Ouvert tous les jours de 10h à 18h sauf le lundi.

www.cid-grand-hornu.be