Déco & Design

On sait que les décors des publicités de magazine font rêver au point que l’on se demande s’ils sont réels. Mais saviez-vous que repérer les endroits susceptibles d’accueillir de tels décors est le métier de Zoë Desablens, bookeuse de lieux.

Parfois, en se baladant en rue, on se surprend à imaginer la vie, l’intérieur d’une maison. La façade est magnifique mais qu’en est-il de la décoration, de l’agencement des pièces, de la lumière, de l’atmosphère qui y règne ? On s’en tient à notre imagination.

Zoë Desablens, elle, a eu l’audace d’aller frapper aux portes, de s’improviser visiteuse d’endroits charmants, somptueux ou simplement particuliers. “Certaines personnes m’ont ouvert les portes de leur habitation dès le premier contact alors que j’avais simplement frappé à leur porte en me présentant.” Son métier ? Bookeuse de lieux. “Je suis en recherche constante d’endroits propices à l’accueil de séances photos. J’ai démarré mon activité que j’ai naturellement appelée “Les maisons de Zoë” il y a 10 ans. Aujourd’hui, j’ai un catalogue comprenant près de 300 maisons, appartements, ateliers châteaux, riads.”

Des endroits de tout style réellement habités dont les propriétaires se prêtent au jeu. Le temps d’une ou plusieurs journées, ils confient leurs murs, leurs meubles, leurs accessoires à l’équipe d’un shooting photo. “Mes clients ne sont que des professionnels, des directeurs artistiques, des photographes, de la presse spécialisée.” Parmi les marques qui la sollicitent : Maison du Monde, Marie-Jo, Nathan, Hugo Boss notamment. “Mes clients viennent avec des demandes particulières et j’essaie de trouver un lieu qui réponde à leurs besoins.”

Qualité et exclusivité

En Belgique, en France, en Italie, en Grèce et jusqu’au Maroc, Zoë parcourt des terres à la recherche de perles habitées. Couvrir un large territoire pour elle est essentiel. “Je me dois d’avoir un panel d’atmosphères différentes : des lieux pouvant accueillir des shootings de Noël en plein été par exemple.”

Mais un seul mot d’ordre : la qualité. Et l’exclusivité aussi. Elle seule peut jouer l’intermédiaire entre ses propriétaires privés et ses clients. Tout se base sur la confiance. “Les contrats sont très stricts. Les équipes de shooting quittent les lieux comme elles les ont trouvés.” Pourtant, quelquefois, l’intérieur change du tout au tout. Seuls comptent alors les murs, l’espace. “Un salon peut être vidé de ses meubles et devenir tour à tour bureau, chambre à coucher, chambre d’enfant…” L’habitation se mue au gré de la créativité des professionnels. Pour Zoë, rien ne semble impossible. Tout se module, enfin presque… “Beaucoup de clients me transmettent des idées piochées sur Pinterest. Sur les réseaux sociaux, tout est beau mais ce n’est pas toujours évident de faire coller l’enveloppe budgétaire avec un endroit de rêve à proximité.”

Sa dernière pépite ? Une cabane spacieuse dégotée en Zélande et aménagée par une décoratrice d’intérieur. “L’escalier vert est magnifique.” Parfois, un détail accroche le regard, une baie vitrée, une lumière particulière. En visitant, Zoë pointe et photographie les pièces qui lui semblent intéressantes.

Des propriétaires discrets

“Sur mon site, il n’y a pas d’adresse, pas de nom… les propriétaires restent totalement discrets.” Pendant les shootings aussi ils doivent rester discrets même si leur maison devient le théâtre de va-et-vient de professionnels et de créatifs. “C’est une autre manière de faire vivre leur lieu.” Une manière lucrative qui plus est. Pour une journée de séance photo, la location d’un endroit varie entre 200 et 1 000 €. Mais toutes les adresses sont haut de gamme. “Lorsque des personnes s’adressent directement à moi pour louer leur maison ou leur appartement, ça convient rarement. Mais ça vaut la peine d’essayer.”

Et puis Zoë rêve aussi de créer sa propre offre de catalogue en achetant un bâtiment “bourgeois” qu’elle louerait pour répondre aux demandes rapides de certains clients. Des projets, elle en a encore dans ses cartons. Comme celui de développer son activité pour les tournages de courts, longs métrages et publicités. “Pour conquérir le monde de la vidéo, il faut adopter un autre regard. Là, c’est surtout l’emplacement et l’enchaînement des pièces qui comptent.” Un autre marché à prendre.

>> Plus d’infos sur www.lesmaisonsdezoe.com

1 000 euros par jour

Prêter sa maison ou son appartement pour y organiser une séance photos peut rapporter son petit sou : de 200 à 1 000 euros par jour. Mais attention, ces lieux doivent tous être haut de gamme.

Du parquet d’origine, de beaux murs blancs, une ambiance feutrée,… Voilà autant d’attraits que recherche la bookeuse de lieux Zoë Desablens quand elle visite une habitation susceptible d’accueillir une séance photos.

Tendance cosy

Depuis 10 ans, Zoë Desablens visite l’intérieur de particuliers. Les tendances, elle les voit, les sent, les vit. “Les Belges prêtent attention tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de leur maison. Leurs décorations sont souvent plus pointues qu’en France.” Voilà 10 ans, ses clients raffolaient des lofts spacieux et minimalistes. Aujourd’hui, c’est l’esprit “cosyness” qui prime. “Des maisons plus petites plaisent davantage. L’importance réside surtout dans les matériaux : le granito, le béton, les murs blancs, les baies vitrées. Dans la décoration se marient souvent plusieurs genres : l’ethnique, le scandinave, le vintage.” Et puis, il y a les indémodables… “Une maison avec des belles moulures et des murs blancs, ça plaît toujours à énormément de clients.”

>> Envie d'autres conseils ? Zoé nous donne les 10 trucs du moment pour un intérieur qui fait mouche.