Food

Certaines fleurs ou certains feuillages sont aussi craquants que bons à croquer.

Tout se mange dans mon jardin” est le titre du nouveau livre de Pascal Garbe, directeur des magnifiques Jardins fruitiers de Laquenexy près de Metz. Il nous parle de ses deux passions, jardinage et cuisine, nous raconte ses échanges avec ses amis cuisiniers Olivier Roellinger ou Michel Bras, nous décrit ses expériences et découvertes dans son jardin personnel en Moselle.

Comme lui, nous sommes nombreux à avoir quelques arbres fruitiers, groseilliers ou framboisiers ou quelques légumes savoureux dans un coin du jardin. Beaucoup ont privilégié quelques fleurs pour leur beauté mais aussi pour leur saveur. Celles de la bourrache à la délicate saveur d’huître, de la capucine, de la ciboulette aux pompons ébouriffés, du souci ou des courgettes aux couleurs chaudes.

A côté de ces valeurs sûres, Pascal Garbe a décidé de nous étonner, de nous envoyer faire un tour au jardin pour y contempler fleurs et feuillages d’un autre œil. Et pourquoi pas de les picorer, de quoi épater nos palais fins et gourmets.

A découvrir : “Tout se mange dans mon jardin”, Pascal Garbe, Editions Ulmer, 2017

L’achillée millefeuille si naturelle

© D.R.

L’achillée millefeuille , Achillea millefolium , est elle aussi une plante idéale pour le débutant tellement elle est facile à vivre et bon enfant. En fleurs tout l’été, elle est l’emblème des jardins de curé. Appréciant le plein soleil et une terre ordinaire suffisamment drainée, elle demande seulement d’être divisée fréquemment pour éviter de s’épuiser et disparaître. A l’état naturel, les inflorescences plates sont blanches ou légèrement rosées alors que des variétés comme ‘Terracotta’, ‘Paprika’, ‘Red Beauty’, ‘Cerise Queen’ou ‘Apricot Delight’tentent les amateurs à l’affût de belles couleurs.

Les jeunes feuilles vertes finement découpées peuvent être cuisinées. Crues ou juste poêlées, mais attention en petite quantité, tant leur parfum est prononcé.

Le myosotis inoubliable

© D.R.

Quoi de plus romantique qu’une plate-bande au printemps parsemée de charmants petits myosotis dégingandés aux fleurettes bleu clair que les anglais appellent “forget-me-not” . En compagnie des tulipes, spontanés, ils se ressèment où bon leur semble. Eparpillées dans les salades et autres crudités, leurs fleurs étonnent plus d’un. C’est certain, on ne les oubliera pas.

L’agastache délicieuse

© D.R.

L’agastache est incontestablement une de ses préférées. Une merveille en cuisine et au jardin malgré le fait qu’elle n’est pas toujours assez résistante à nos hivers froids et humides. Sachez que pour la réussir, il lui faut une terre très drainée – ajoutez des cailloux dans le fond du trou –, du soleil et en hiver un paillage de protection. Sinon, il vaut mieux la considérer comme une annuelle. Ceci dit, elle a beaucoup d’atouts. Non seulement elle pousse à toute allure mais aussi, elle fleurit abondamment pendant trois mois environ. La plus répandue, Agastache ‘Blue Fortune’, a un petit look de lavande avec ses épis mauves et un feuillage qui ressemble à s’y méprendre à celui de l’ortie, le piquant en moins. Ses jeunes feuilles à l’odeur d’anis relèvent notamment les salades de fruit. Il y en a d’autres. A. ‘Firebird’, aux épis orange cuivré ressemblant à ceux des sauges, a des petites feuilles très parfumées. D’origine mexicaine, elle n’est pas vraiment rustique chez nous mais pour Pascal cela n’a pas d’importance, tellement elle est devenue indispensable.

Le phlox paniculé parfumé

© D.R.

Au soleil, voici encore un tout terrain à présenter, à condition que le sol soit riche, profond et bien humide en été. Les fleurs souvent parfumées paradent en haut de tiges bien raides dans une palette de couleurs tendres passant du rose, rouge au lilas, mauve et blanc. Certaines variétés de Phlox paniculata sont bien résistantes aux maladies comme l’immaculée ‘Fujiyama’. Renseignez-vous à ce sujet et puis parsemez vos plats de petites fleurs de phlox, vous leur apporterez une curieuse saveur de noix verte.

Le cosmos irrésistible

© D.R.

Personne ne peut y résister. Le cosmos présente un feuillage léger et vaporeux, des fleurs blanches, roses ou pourpres qui se succèdent en toute simplicité pendant la belle saison. Annuel, on le sème en place après le 15 mai ou un peu plus tôt à l’abri, bien au chaud. Bouche-trou par excellence, grand classique des jardiniers amateurs, il pousse tout seul. Les pétales de ces fleurs ensoleillent le jardin autant que les crudités. Cependant, ayez la main légère, leur goût est intense.