Le ‘Club des 33’ dévoile les secrets de son menu

Dorian de Meeûs Publié le - Mis à jour le

Food

Le Club des 33 passe à table 20 fois par an. Club gastronomique « secret » pour les uns, club « discret » pour ses membres…

Ces rendez-vous entre fins gourmets et gourmands de l’establishment intriguent ou fascinent. LaLibre.be vous propose de découvrir ce qui le rend unique et ceux qui ont marqué son histoire depuis 1933.

Si le ‘Club des 33’ frappe par sa simplicité (pas de hiérarchie, juste un président), son goût critique pour les bons accords mets-vins, son esprit potache et érudit et sa convivialité innée,… la modestie est davantage présente autour de la Table que dans les objectifs affichés par le club. Marc de Villenfagne, Président du Club des 33 : « Sauvegarder et propager les traditions de la cuisine qui honore la Belgique, en développer le goût et en faciliter la pratique. Défendre l’excellence des produits et rechercher avec les professionnels de la cuisine (chefs et sommeliers) un dialogue visant à encourager la qualité sans exclusion de la simplicité. »

Bref, tout est permis…

Ce club belge, qui émane du ‘Club des Cent’ à Paris qui vient de célébrer ses 100 ans, fut fondé en 1933 (d’où son nom). A ces 33 membres numérotés viennent s’ajouter quelques membres d’honneur, perpétuels et stagiaires. Mais pas de femmes… et ce, depuis sa création. Jean Solanet, Président du Club des Cent, justifie cette absence par le manque de hiérarchie et de protocole : « Chacun se tutoie, s’apostrophe, s’assoit où il veut, interrompt un camarade sans présenter la moindre excuse et commence à manger sans attendre ses voisins quand on lui apporte un plat à consommer chaud. En bref, tout est permis dans le cadre de cette courtoisie naturelle qui exclut tout excès ». On notera toutefois que deux repas sont ouverts aux dames. Le déjeuner de printemps et le dîner du Président. On leur réserve ainsi la crème de la crème…

En regardant de plus près la liste de ses membres actuels ou passés, on peut affirmer que les 33 représentent un peu le gratin du monde économique (plusieurs CEO belges), culturel, juridique, politique, diplomatique,… On dirait presque un cercle d’affaires. Que nenni, que des gens qui se plaisent dans la gastronomie, celle de la simplicité et des produits de terroirs. Parmi les plus célèbres anciens membres: le Baron Vaxelaire (également le 1er Président du club), Paul-Emile Janson, Eugène Flagey, Adolphe Max, le Prince Albert de Ligne,…

Vu que le club se limite à 33 membres – un nombre plus élevé pourrait d’ailleurs compliquer l’organisation d’un déjeuner dans certains restaurants – il est évident que les places, si elles ne sont pas chères, sont du moins fort convoitées. Ce groupe limité de membres préfère ainsi rester discret. Juste suffisamment pour donner un sentiment de « secret ».

Quand les 33 passent à table…

Secret ? Pas tant que cela, puisqu’il a accepté de se dévoiler à LaLibre.be. Parcourons le menu. Le club des 33 se réunit 20 fois par an à l’occasion d’un déjeuner et d’un dîner par mois, sauf pendant les vacances. La réunion est organisée par un membre qui, en cette circonstance, porte le titre de « brigadier » et assume la responsabilité de choisir un restaurant, de composer un menu (en étroite collaboration avec le chef de cuisine) et de le présenter en justifiant ou expliquant son choix (accords, menus précédents, produits de saison et de terroir, touches personnelles,…).

En plus de la critique faite en fin de repas - loin des oreilles du chef et de sa brigade – et des remerciements officiels, le Club décerne une fois par an le prix du meilleur déjeuner et du meilleur dîner à un restaurateur visité. Lorsque la régularité rencontre l’excellence, c’est le « grand » diplôme qui est accordé. Seulement 46 ont été attribués depuis la fondation du Club. Les derniers nominés étant Christophe Hardiquest (2011) et Yves Mattagne (2006). Certains chefs sont devenus de véritables complices et amis des 33. Une visite de ceux-ci constitue à la fois une remise en question et un encouragement.

Envie de faire partie des 33 ?

Les membres sont recrutés par cooptation, autant dire qu’il faut quelques amis au sein du club. Concrètement, 3 étapes doivent être respectées : il faut présenter une candidature parrainée par deux membres, faire une période de stage qui comprend l’organisation avec un chef de cuisine d’au moins un repas (impliquant le choix d’un menu qui respecte la saisonnalité des produits, la recherche des bons accords mets et vins, etc) et assurer une critique. Le tout, avant de réussir un examen (recettes, produits de saison, œnologie,…).

Publicité clickBoxBanner