Food

Les Epicuriales, présentées comme le plus grand restaurant à ciel ouvert, entendent promouvoir la gastronomie, les restaurants et traiteurs "de qualité".


Le chef Montois Jean-Philippe Watteyne et Alessandra Montagne (cheffe du restaurant Tempero à Paris) sont les invités d'honneur de la 14e édition des Epicuriales qui se déroulera, pour la 2e année, dans le parc de la Boverie du 17 au 21 mai prochains.

Dix-huit restaurateurs y participent, a annoncé Pierre Luthers pour l'ASBL Enjeu, qui organise l'événement.

Après l'espace Tivoli (place du Marché) puis le parc d'Avroy pour ensuite retourner sur l'espace Tivoli à l'occasion du 10e anniversaire, les Epicuriales se sont établies l'an dernier dans le parc de la Boverie. "Cela a permis à l'événement de prendre la véritable dimension qu'on souhaitait lui donner. Le nombre d'épis vendus a augmenté de 93% et le nombre de visiteurs a quasiment doublé pour arriver à 18.000 lors de l'édition 2017", souligne Pierre Luthers, annonçant dès lors que l'événement reste dans le parc de la Boverie.

Les visiteurs sont invités à découvrir les cuisines des chefs en passant de tente en tente (une vingtaine), sous lesquelles ils pourront déguster diverses préparations en échange d'épis, la monnaie traditionnelle des Epicuriales. Ils auront l'occasion de découvrir les mets de grands chefs comme Jean-Philippe Watteyne (Top Chef 2013), Alessandra Montagne, cheffe brésilienne du restaurant Tempero à Paris "qui propose une cuisine française relevée aux saveurs de son pays d'origine", le chef étoilé Philippe Fauchet (Saint-Georges) ou encore Olivier Massart (restaurant Ô de Vie à Juprelle) qui a été récemment désigné président des Jeunes Restaurateurs européens en Belgique.

"Liège est un peu ma ville coup de coeur en Wallonie. J'ai toujours aimé la vie, la fête et la façon de penser à Liège", a confié Jean-Philippe Watteyne, qui ouvrira son 3e restaurant à Bruxelles en automne.

Vu la proximité du musée de la Boverie, cette 14e édition sera également marquée par le mariage de l'art et de la gastronomie. "Chaque restaurateur sera amené à choisir une oeuvre parmi la collection permanente du musée et s'en inspirer pour proposer un plat", explique Pierre Luthers.