Le premier Belge à la tête d’une AOC

Baudouin Havaux Publié le - Mis à jour le

Food

OFFRE PROMOTIONNELLE. Chaque vendredi retrouvez l'histoire d'un vigneron belge qui vous fait découvrir son domaine. Et une offre exclusive pour 6 bouteilles.

L'HISTOIRE

Côtoyant le monde du vin depuis toujours, Stéphane Defraine a été le régisseur de différents châteaux. Il prend finalement en main les vins de Fontenille, jusqu’à devenir président de l’AOC entre-deux-mers.

Parmi les vignerons belges, Stéphane Defraine fait figure d’ancien ! Non, il ne porte pas la barbe à la Léopold ! Au contraire, c’est un homme vif et alerte qui déborde de vitalité et d’enthousiasme, qu’il ne peut s’empêcher de communiquer à ses visiteurs quand il parle de son vignoble de l’Entre-Deux-Mers. Et après plus de 35 ans dans les vignes bordelaises, certains de ses voisins ignorent qu’il est belge. Son goût pour le vin, il l’a forgé à Uccle, dans la maison familiale. A l’époque, son père sélectionnait et importait les vins, surtout français, pour le Fina-Club. Mais cela remonte aux années 70. A vingt ans, alors qu’il poursuivait des études de sciences économiques, il se retrouve au milieu des vignes de Saint-Emilion. En contact direct avec la nature, il peut toucher ce qu’il aime. La même année, il s’inscrit aux cours d’œnologie à Bordeaux. En même temps, il obtient un brevet de technicien viticole et, pour acquérir en parallèle de l’expérience, il travaille dans différentes propriétés bordelaises. Successivement régisseur viticole au Château Monfort à Vouvray et au Château Carelot dans le Médoc, en 1982, il fonde un bureau-conseil pour la gestion et le développement de vignobles d’acheteurs étrangers. En 1982, Stéphane s’enracine plus profondément dans l’Entre-Deux-Mers en acceptant le poste de régisseur du Château Bauduc, voisin du Château de Fontenille, mis en vente en 1989. Stéphane Defraine n’a pas hésité longtemps à se porter acquéreur de la propriété et de ses 16 ha de vigne. Au fil des années, il a acheté d’autres parcelles ainsi que le Château La Forêt pour porter la surface d’exploitation à 51 ha. Dès le premier jour, il a pris en main la destinée des vins de Fontenille, avec comme objectif de créer des produits de qualité haut de gamme. Les vins de Fontenille n’ont pas tardé à recevoir leurs récompenses sous forme de médailles d’or et d’argent à différents concours. En 2004, fait historique dans les annales des institutions vinicoles françaises, un Belge est appelé pour la première fois à prendre en main les destinées d’une appellation d’origine contrôlée. Stéphane Defraine est nommé président de l’AOC entre-deux-mers.

LA PROPRIÉTÉ

Sur les terroirs graveleux de l’Entre-Deux-Mers, baignés par un soleil généreux, et à portée de vue de l’abbaye de la Sauve-Majeure, le château de Fontenille trouve son origine au IVe siécle, à l’époque du poète Ausone, sous la forme d’une villa au lieu-dit “Font e Melha”. On retrouvera d’autres traces au XVe siècle dans les archives de l’abbaye dont Fontenille dépendra jusqu’au XVIIe siècle.

LES VINS

Le Château Fontenille produit des vins sur les appellations entre-deux-mers, bordeaux-clairet, bordeaux rouge et, depuis le millésime 2013, bordeaux rosé.

Une couleur claire et légère, actuellement très tendance. Des arômes subtils de fleurs, de pamplemousse et de framboise. La bouche minérale se termine sur des arômes d’agrumes. Un rosé d’exception qui entre dans la cour des grands vins. Prix : 8,50 €.

>>> COMMANDEZ VOTRE VIN À UN PRIX NÉGOCIÉ EXCLUSIVEMENT POUR LES LECTEURS DE "LA LIBRE" ICI

OENOTOURISME

Abbaye. A 29 km de Bordeaux, découvrez l’abbaye de la Sauve-Majeure, fondée en 1079. Un chef-d’œuvre de l’art roman au milieu du vignoble de l’Entre-Deux-Mers. Bien qu’en ruines, cette abbaye offre un exemple d’art roman intéressant. Inscrit par l’Unesco sur la liste du Patrimoine mondial au même titre que les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, c’est une étape incontournable. Le restaurant de l’abbaye mérite que l’on s’y attable pour ses produits du terroir d’un très bon rapport qualité-prix.

Marché. Un peu plus loin, tous les mercredis, le marché de Créon rivalise de saveurs et de couleurs.

Restaurant. Pour un repas plus gastronomique, une belle carte de vins régionaux et des produits de terroir, une réservation est souhaitée sous les arcades de la place de Créon à “La Table”.

Publicité clickBoxBanner