Food

On y mangeait le meilleur tarama de Bruxelles et des pâtes à l'encre à tomber. On pourra y retourner pour ses mezze à picorer autour de vins grecs dans une ambiance décontractée : le célèbre Notos s'offre un nouvel espace plus jeune et accueillant. Soyez les premiers à tester !


Le Notos, ce restaurant incontournable du paysage gastronomique bruxellois ne s'est jamais reposé sur ses lauriers grecs. Même s'il a reçu la reconnaissance suprême en étant élu "meilleur restaurant grec au monde, hors Grèce", Constantin Erinkoglou, le chef, n'a jamais glissé dans la facilité. La preuve ? Il n'avait pas servi une seule moussaka depuis l'ouverture de son restaurant ! Et pourtant, pour ses 20 ans en mai dernier, il en a proposé durant une semaine. Et sa préparation suivant la recette familiale a fait carrément fureur...

Le chef grec arrivé adolescent en France a pourtant préféré faire découvrir à l'amateur de cuisine hellène la grâce des produits de là-bas qui rappellent la Grèce des Grecs finalement. Il a toujours privilégié une approche pleine de pureté de la cuisine. Ainsi des pâtes à l'encre de seiche, des poissons frais cuits à la perfection, une compotée de tomates aux herbes de là-bas... Au Notos, c'est la fraîcheur et le souffle de l'air chaud de la Grèce, celle des terres comme de la mer que l'on retrouve dans son assiette.

Mais avoir 20 ans, cela change tout ! Constantin Erinkoglou qui avait déjà laissé tomber la course aux étoiles des guides gastronomiques depuis bien longtemps pour gagner chaque année en liberté a peu à peu décidé de laisser encore plus la place aux produits et surtout aux rencontres. "J'aime toujours autant mon métier, j'aime la cuisine grecque mais avec le temps qui passe je sentais de plus en plus le besoin et l'envie de me tourner vers les choses vraies, les choses simples, le plaisir de partager, pas de tralala : on entre on boit un verre, on continue si on veut en mangeant des petites choses, avec les doigts !", explique le chef, heureux de ce nouvel espace qu'il a pensé et qui le porte.

Mezze Time !

© DR

Alors depuis cet été, la grande salle accueille toujours les convives autour de tables et de chaises en bois avec une carte « classique » mais l'espace à l'avant du restaurant a été repensé comme une terrasse d'été : de longs bancs de bois blond, des petites tables prêtes à recevoir des bons verres et assiettes, et quelques poufs. C'est carrément une nouvelle façon de déguster vins et petits plats que Constantin met en place. Eh oui, désormais, on pourra y manger des mezze, le mot est lâché !

Notos s'ouvre ainsi à l'apéritif dans un quartier qui, étonnamment manque de ce genre d'endroits pour se détendre et boire du bon vin en picorant de bonnes choses. Un mezze, ça ne ment pas : plus c'est simple, meilleur c'est et la simplicité rime nécessairement avec qualité...

« Mes mezze, ce sont des petits plats au véritable goût de Grèce, il font partie intégrante d’une de plus belles expressions de la gastronomie populaire du pays. Qu’ils proviennent de la mer ou de la terre, ils nous accompagnent quand on va siroter un verre pour parler à ceux qu’on aime, pour communiquer avec soi-même. Devant les mezzés, le Grec prend le temps de vivre » estime le chef Constantin Erinkoglou.

Beignets de morue, feuilles de vigne farcies (un délice), sardines grillées, fava de Santorin, perles de Nonnes, Saganaki crevettes, aubergine fumée, galettes de pois chiches, fleurs de courgettes farcies, Poulpe, aioli noix … Selon les saisons, on pourra déguster une assiette de 5 de ces délices (mer, terre ou un mélange des deux, nommé Pythagore!) pour 18€ et si c'est un jour de fête, on prendra le petit homard grillé, pour 18€ également.

Les vignobles grecs en bouteille

© DR

Côté flacons, c'est toute l'âme des vignobles grecs que l'on découvre (en bouteille mais aussi au verre : à partir de 6,50 euros). Là encore, Constantin Erinkoglou travaille sa carte de la même manière que ses produits frais, ses huiles et ses épices : « Rien ne vaut le contact humain, aller sur place, sentir l'endroit, goûter, créer des liens, j'ai toujours aimé ça et j'ai tissé des liens forts avec des artisans amoureux de leurs terres et de leurs produits », sourit-il en sentant le bouquet d'un vin rouge du Péloponnèse.

En fait, le Notos retrouve un peu du côté « bonne franquette » de ses débuts dans le quartier Saint-Boniface. Les prix des mezze sont très abordables et on ressent dans ce nouvel espace une liberté et une convivialité qui nous a enchantés. Le restaurant continuera de changer, petit à petit, avec un comptoir plus central autour duquel se concentreront les tables.

Et là comme sur la nouvelle "terrasse", on retrouve cet accueil et cette âme grecs. Ah philoxenia, quand tu nous tiens !


>> Notos 154 rue de Livourne 1000 Bruxelles Tél. 02 513 29 59 www.notos.be. Fermé les lundi et dimanche. On suit les propositions saisonnières sur la page facebook du Notos.