Food

Le succès de ce plat n'est plus à prouver (posté près de 500 000 fois sur Instagram!). Mais à quel prix ?

Instagram est truffé de jolies photos alléchantes présentant des tartines à l'avocat. La tendance de l'"avocado toast" vient d'Australie, fait un tabac aux Etats-Unis et se répand dans les capitales européennes. Facile à préparer, cette recette incontournable des brunchs et cafés branchés se décline en plusieurs versions, comme saupoudrée de sésame, recouverte d'un œuf poché, de tomates ou encore de saumon. En somme, il suffit simplement d'écraser l'avocat avec un peu de citron vert sur un morceau de pain. Pourtant, sont nombreux ceux qui paient une fortune pour cette gourmandise.



Un prix exorbitant, mais un hashtag !

Se préparer un toast à l'avocat n'est évidemment pas nouveau. Mais depuis que ce fruit est passé dans la catégorie "healthy" et qu'il n'est plus diabolisé pour ses (bonnes) graisses, il a le vent en poupe, surtout du côté des jeunes et des personnes qui n'apprécient à la base pas trop les légumes. Plusieurs chaînes de fast-food l'utilisent en supplément ou en sauce pour apporter un côté plus "sain" à leurs burgers et pizzas. Si chez nous, dans les restos, le fameux "avocado toast" s'élève à moins d'une dizaine d'euros, aux États-Unis, le prix peut grimper jusqu'à 20 dollars ! Un coût qui ne freine en rien les millenials d'Instagram prêts à tout pour partager LE cliché et le hashtag #avocadotoast qui l'accompagne. Une aubaine d'ailleurs pour les restaurateurs qui se voient ainsi référencer. Autre explication possible au phénomène de mode : est-ce une manière de tirer la langue au milliardaire Tim Gurner ? Au mois de mai dernier, en tant qu'exemple de dépenses exorbitantes, il accusait ce mets de frein à l'investissement dans l'immobilier. Car, selon lui, si les jeunes cessaient d'en consommer autant, ils pourraient enfin s'offrir une maison.

Cela dit, les chiffres sont éloquents. Selon les données de Square, une entreprise de gestion des paiements via carte de crédit, les jeunes Américains dépenseraient en moyenne 900 000 dollars par mois en toasts à l'avocat.



Et l'écologie ?

Si la tendance de l'avocado toast vide les portefeuilles des adeptes, elle est surtout lourde pour l'écologie. La demande croissante au Mexique, principal pays producteur, détourne les agriculteurs locaux des autres cultures. Et pour pouvoir en récolter davantage, ils ont recours à la déforestation illégale. D'autant que pour produire un demi-kilo d'avocats, le besoin en eau est de 272 litres, rapporte le New York Magazine. Et pire encore, selon le Guardian, un cartel mexicain (Los Caballeros Templarios) profiterait de ce boom pour exiger une taxe aux agriculteurs. De quoi refroidir...