Food Leurs préférences vont vers les établissements français, italiens et belges.


À l’occasion de la Journée de la femme ce 8 mars, The Fork s’est penché sur le comportement de la gent féminine en matière de préférences au resto, tout en mettant en avant le rôle des femmes en tant que professionnelles et consommatrices dans le secteur de l’Horeca.

Les Belges ont envie de se faire plaisir

Que ce soit entre copines ou en famille, les femmes ne rechignent visiblement pas à s’offrir une bonne table. Et, en la matière, les femmes belges affichent leurs préférences pour les restaurants français (24 %), devant les établissements italiens (13 %) et belges (11 %). De même, elles ont visiblement l’envie de se faire plaisir. En soirée, elles ont d’ailleurs tendance à être plus dépensières en Belgique (34,75 euros par couvert en moyenne) que les Françaises (31 euros) et les Néerlandaises (30,67 euros). Les données collectées par The Fork sur le marché belge montrent également que Bruxelles est la ville où les femmes font le plus de réservations. Dans le top 5 TheFork des restaurants les plus réservés par les femmes à Bruxelles, c’est Ricotta et Parmesan qui arrive largement en tête.

© Les restaurants italiens ? Les Belges en raffolent ! - Ricotta & Parmesan

Message à l'attention des hommes

Alors, Messieurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous souhaitez faire plaisir à Madame à l’occasion de la Journée de la femme. Et pour être sûr de ne pas commettre d’impair ou d’impolitesse, voici les règles d’usage. L’homme précède la femme et entre toujours en premier dans un bistrot, un café ou un restaurant. En revanche, dans un cadre privé, l’homme doit ouvrir la porte et laisser passer la femme avant lui. La femme précède également l’homme lorsque le maître d’hôtel les conduit à la table. Si la salle du restaurant est à l’étage, l’homme laisse la femme monter en premier, au cas où elle tomberait par mégarde et qu’il soit obligé de la rattraper. Si un couple doit descendre ensemble d’un escalier, l’homme passe devant la femme. Quant à l’addition, c’est celui qui invite qui paie… et discrètement.