Food

Cinq mamans animent des ateliers pour que les petits monstres découvrent vraiment ce qu'ils ont dans l'assiette et ne disent plus jamais « beurk ».

Un panais, c'est quoi ? Le radis, c'est bon ? Beurk, non, pas des épinards... C'est le genre de remarques que beaucoup de parents ont déjà pu entendre de la bouche de leur enfant avant de préparer le dîner ou de passer à table. Manger, c'est important, mais apprendre à apprécier les aliments, connaître leur provenance et savoir comment les préparer, c'est encore mieux. Du coup, une maman a imaginé il y a deux ans des ateliers ludiques et gourmands pour sensibiliser les plus petits à une alimentation saine, de qualité et au plaisir de découvrir des fruits et légumes de saison.

Et désormais, tout roule pour « Food and Pleasure » ! La petite entreprise bruxelloise grandit et s'élargit à différentes communes en Belgique. « C'est Stéphanie Neerdael qui a lancé le concept. Aujourd'hui, nous sommes une équipe de cinq mamans réparties sur Bruxelles, le Brabant wallon et les alentours de Namur. Nous nous rendons dans les classes de maternelle et primaire. Nos ateliers s'adressent aux enfants de 3 à 10 ans. L'objectif, c'est de leur faire découvrir un fruit ou un légume, d'où il vient (de chez nous ou de plus loin?), ses bienfaits, comment il est cultivé, pourquoi (par exemple) la banane ne pousse pas en Belgique ? Ce qu'est un aliment de saison, etc. », explique Priscilla Francqui, animatrice dans une partie du Brabant wallon et du Namurois.

© D.R


On apprécie avec les cinq sens

Après un petit tour au marché matinal ou dominical, Priscilla ou ses collègues entre en classe avec un petit panier et le copain Gloopy, la marionnette gourmande qui amuse les enfants. Le fruit ou le légume de saison posé sur la table attire toute l'attention des petits élèves intrigués. C'est le moment de vérifier leurs connaissances. « On leur pose des questions pour introduire l'atelier. Et certains savent déjà pas mal de choses, l'occasion de partager leur vécu. Ensuite, on leur fait découvrir l'aliment via leurs cinq sens. D'abord, on invite les enfants à le sentir et à le toucher les yeux fermés pour éviter les à priori liés à la vue. Ensuite, on observe les couleurs et on goûte. Les enfants écoutent les informations qu'on leur donne et apprennent à discerner le goût, si c'est acide, plutôt doux, un peu piquant, etc. On leur apprend aussi à préparer ce fruit ou ce légume avec une petite recette facile et très abordable qu'on exécute en classe, comme un pesto d'épinard ou encore des radis au fromage blanc et ciboulette. Ils goûtent également tous les aliments séparément avant de les mélanger ».

Et les réactions positives sont encourageantes ! À la maison, les petits monstres demandent à leurs parents de leur concocter à nouveau le met dégusté en classe. « Une fois qu'on a un peu dédramatisé le légume, qu'on leur a tout expliqué et réalisé la recette, ils sont généralement sous le charme, alors que la plupart ressentaient un certain dégoût au départ », raconte Priscilla.

© D.R


Pratique, facile et efficace

Pour ne rien oublier des cinquante minutes d'atelier et puis transmettre toutes les informations aux parents, les élèves rentrent à la maison avec une fiche récapitulative à collectionner. On y retrouve toutes les précieuses informations emmagasinées en s'amusant, des anecdotes, les recettes, etc. « Pour le moment, nous avons créé 30 fiches différentes. Aussi, nos ateliers ne demandent pas beaucoup de matériel, juste quelques bols et couverts et puis un point d'eau pour laver les aliments et les mains des enfants », explique l'animatrice.

© D.R


A l'école, mais pas que...

La majorité des ateliers de Food & Pleasure s'adressent aux classes. Mais à Bruxelles, certaines bibliothèques accueillent aussi les animatrices. Et puis, les enfants peuvent inviter leurs camarades au Cook & Book à Woluwe-saint-Lambert pour un anniversaire tout en éveil gourmand. Les mamans passionnées de saveur proposent également plusieurs stages durant les vacances et des ateliers parents/enfants. Désormais incollables, les élèves de Gloupy ne refuseront plus jamais un radis, un topinambour ou encore les fameux épinards tant redoutés.


--> Infos : http://www.foodandpleasure.be


© D.R