Food

La nouvelle a été rendue publique ce mercredi matin à Addis-Adeba: la bière belge appartiendra désormais au patrimoine culturel immatériel de l'Humanité… Dans la capitale éthiopienne, l’Unesco a en effet décidé que la culture brassicole belge méritait cette reconnaissance. Les ministres Isabelle Weykmans, Alda Greoli et Sven Gatz, compétents pour la Culture dans les Communautés germanophone, française et flamande et Rudi Vervoort, ministre-Président de la Région de Bruxelles Capitale, compétent pour le patrimoine immatériel, se réjouissent bien évidemment de cette bonne nouvelle communiquée par l’Unesco.

Selon la Convention Unesco de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le patrimoine culturel immatériel englobe les traditions héritées de nos ancêtres et toujours pratiquées grâce à la transmission de génération en génération (arts du spectacle, pratiques sociales, rituels, événements festifs, savoir-faire artisanal…). Ce patrimoine est représentatif d’une identité et d’une grande diversité culturelle.

C'est la Communauté germanophone qui avait introduit le dossier à l’Unesco au nom de toute la Belgique, avec le soutien d’organisations de brasseurs, d’associations de zythologues, de promoteurs de la bière, d’ONG spécialisées et d’instituts de formation. L’évaluation du dossier a pris un an et demi et a passé une procédure de sélection très stricte.

La culture de la bière fait partie de l'ADN belge par delà toutes nos spécificités linguistiques et autres… Elle est omniprésente dans le pays. Chaque province compte des brasseries, des associations de zythologues, des musées, des restaurants et des bistrots, et organise des formations, des événements et des fêtes qui contribuent à la créativité et à la diversité dans le monde de la bière en Belgique. Différentes pratiques ont une origine locale. Les gueuze-lambics sont toujours brassées à Bruxelles et dans le Pajottenland, selon le principe de la fermentation spontanée. Les bières Saison sont brassées surtout en Wallonie, les bières « vieilles brunes » en Flandre occidentale, tandis que les fromages lavés à la bière ont vu le jour dans les abbayes, comme par exemple à Chimay. N'oublions pas non plus les Trappistes: la Belgique en compte six…

Certes la Belgique est entourée d'autres pays brassicoles. Mais grâce à la diversité inégalée de l’art brassicole et à l’intensité de cette culture, faisant partie intégrante de notre vie quotidienne et des fêtes dans notre pays, que ce savoir-faire s’inscrit dans l’identité et le patrimoine culturel de l’ensemble du pays.

Le comité d’évaluation de la Convention a particulièrement apprécié les mesures de sauvegarde de la culture de la bière, comme le développement et l’offre de formations professionnelles et la création d’un observatoire pour accompagner les détenteurs et praticiens de l’art brassicole et sa valorisation en Belgique.

La reconnaissance par l’Unesco est un encouragement moral important pour la culture de la bière dans notre pays et une récompense de l’implication de tous ceux qui s’activent en Flandre, en Wallonie, à Bruxelles et dans la partie germanophone du pays, pour garder en vie cette riche culture et ce pan important de notre économie…