Food Lindt, Ferrero, Lanvin, Galler... Les supermarchés sortent l'artillerie lourde en matière de marketing pour vous inciter à offrir des chocolats. Mais certains sont préférables à d'autres (ou pas).


Selon une enquête du Huffington Post et de l'association Foodwatch, ces petites douceurs dont le prix ne dépasse généralement pas les 20 euros n'ont pas que des avantages. Ensemble, ils ont acheté un plateau Golden Gallery de chez Ferrero, une bouteille Célébrations chez Mars, un plateau Connaisseurs de Lindt, les escargots au chocolat noir et au lait de chez Lanvin, des bâtonnets chez Galler et un coffret classique chez Cémoi, un important fabricant français de produits chocolatés. Le prix moyen était de 11 euros par boîte.

Du sucre, du sucre et encore du sucre

Pour commencer, ces chocolats contiennent dans leur globalité peu de cacao. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas le chocolat le principal ingrédient de ces douceurs mais bien... le sucre ! Pour les non-connaisseurs, il n'est cependant pas facile de le déceler car il se trouve sous toutes sortes de formes : amidon de froment, dextrose, fécule de pomme de terre, sucre caramélisé, sirop de glucose, meringue lactée, grains de caramel, malt d'orge, amidon, sirop de glucose, polydextrose, isomalt, inuline, sirop de sucre, sirop de sorbitol... Hé oui, le sucre peut revêtir de nombreux noms.

Cette différenciation est une obligation réglementaire pour les fabricants. Comment comparer le taux de sucre entre les boîtes de chocolats ? Tout simplement en vous référant, selon le Huffington Post, à la ligne "glucide" à l'arrière de celles-ci.

Exemple : chez Ferrero, le rocher équivaut à 39,7 grammes de glucides tandis que les Célébrations atteignent le sommet du classement avec 61,6 grammes de glucides.

Mais aussi de la matière grasse

Dans toutes les confiseries de ce type, la poudre de lait est omniprésente, remarque le média français. Ses noms : lait écrémé en poudre, lactose, lactosérum, petit-lait en poudre, matière grasse de lait anhydre... La matière grasse, c'est justement le deuxième ingrédient principale de ces plaisirs chocolatés.

Pour créer ces pralines, il faut de la pâte de cacao. Cependant, cette substance offrant de la brillance et du fondant coûte chère. Dès lors, la directive européenne de 2000 permet aux fabricants de substituer la pâte de cacao par d'autres matières grasses végétales comme l'huile de palme, le beurre de karité, l'illipé de Bornéo, le sal, l'huile de kokum gorgi et les noyaux de mangue. Oui, tous ces éléments peuvent remplacer le beurre de cacao (avec une limite de 5% du produit fini).

L'huile de palme est, sans surprise, présente dans quasiment tous les produits achetés pour le test.

Pourquoi les éviter ?

Lindt : Les Pyrénéens contiennent moins de sucre que les autres mais le problème se situe principalement au niveau des nombreux arômes artificiels.

Ferrero : le célèbre Rocher contient une grande quantité de sel. Pourquoi ? Car le sel sert d'exhausteur de goût. Quant aux autres produits de la boîte, même si l'image fait penser qu'ils contiennent des amandes, ce sont en réalité des noisettes qui sont utilisées en majorité pour la confection de ces chocolats.

Célébrations : le produit contient un agent de texture dérivé de graisses soit animales soit végétales. Il ne convient donc pas aux végétariens et végétaliens, ni aux personnes ne mangeant pas de porc par conviction.

Galler : même le chocolatier belge a du mal à s'en sortir face à ce flux de critiques. Ses désavantages : l'utilisation d'isomalt, une sorte de sucre, qui est difficilement absorbé par le corps et peut provoquer des ballonnements et de la diarrhée lorsqu'on en mange en trop grande quantité.

Lanvin : De prime abord, l'association Foodwatch estimait qu'il s'agissait de l'un des plus sucrés. Cependant, c'est le seul produit qui ne contient aucune trace d'huile végétale et donc, d'huile de palme.

Heureusement pour elles, les tablettes de chocolat s'en sortent bien puisqu'elles réunissent une haute teneur en beurre de cacao. Il vaut donc mieux offrir une bonne tablette de chocolat que des pralines du supermarché si vous souhaitez limiter les produits sucrés.