Love & Sex On sait que garder la flamme amoureuse aussi vive qu’au premier jour n’est pas chose facile. Mais saviez-vous que bonheur, sexualité et amour ne sont pas inconciliables si l’on respecte certaines lois universelles?

En ce qui concerne le bonheur, la sexualité et l’amour, il existe aussi des lois universelles. Des lois qui sont vraies pour les hommes comme pour les femmes, les débutants et les plus expérimentés, les Papous et les Scandinaves", expliquent Julie du Chemin, sexologue, et Pascal de Sutter, docteur en psychologie et sexologie, co-auteurs de "Les douze lois universelles du bonheur amoureux et sexuel" (Editions Robert Laffont, 19 €).

Pour atteindre ce bonheur amoureux et sexuel, à la portée de toutes et tous - quelles que soient les orientations sexuelles -, et, plus encore, pour "apprendre à le savourer sur le long terme" - la promesse du livre -, les auteurs énoncent une douzaine de lois universelles. Dans ce livre où l’on peut picorer d’un chapitre à l’autre, dans l’ordre ou le désordre, chaque loi est énoncée et illustrée par une histoire de cas où le lecteur peut se retrouver. Puis apprendre comment la respecter, suggestions concrètes à l’appui, livrées par les deux auteurs que nous avons rencontrés.

Bonheur amoureux et bonheur sexuel : est-ce indissociable ?

Pascal de Sutter. C’est comme les médicaments, l’un potentialise l’autre. Il y a cette croyance judéo-chrétienne qui est encore implantée chez beaucoup de gens - y compris ceux qui ne sont pas croyants -, selon laquelle la véritable évolution spirituelle, philosophique consiste à se détacher de la chair. Or, dans ce livre, nous voulons montrer qu’il est tout à fait possible de vivre un grand épanouissement même spirituel et émotionnel en gardant la part d’érotisme, de charnel. Les deux ne doivent pas être séparés. L’âme et le corps peuvent se combiner; s’il y a l’un sans l’autre, il manque une dimension. On peut bien sûr "avoir du sexe" sans amour, mais lorsqu’il y a de l’amour, la qualité, l’intensité de la vie sexuelle est multipliée. De même, il existe des personnes qui vivent un amour sans sexe, et c’est très bien. On respecte ce mode de vie. Mais là aussi, quand il y a une dimension plus physique, charnelle qui est partagée et vécue intensément, c’est encore une tout autre dimension. Et donc, ces deux éléments, loin d’être antinomiques, se combinent plutôt bien.

Vous écrivez que la plupart des gens sont plutôt insatisfaits de leur vie amoureuse et sexuelle. Quelles sont les principales "erreurs" en cause, commises par les femmes, d’une part, et par les hommes, d’autre part ? En d’autres mots, quelles sont les lois universelles que les unes et les autres ont le plus de mal à respecter ?

PdS. Je vais parler des femmes, d’abord. Et Julie parlera des hommes… Les femmes respectent rarement la loi du lâcher-prise. Peut-être y a-t-il même un côté biologique ou instinctif que l’on retrouve d’ailleurs chez les animaux. La femme éprouve le besoin de vouloir tout contrôler : ses enfants, son corps… La loi de l’énergie en matière de sexualité est peut-être aussi plus typiquement féminine. Un homme, même quand il sort de la mine après 16 heures de travail, a encore envie de faire l’amour avec sa femme. Une femme, lorsqu’elle est fatiguée, n’a plus d’énergie à mettre dans la sexualité parce qu’elle l’a mise ailleurs. Le côté oxymore est également plus marqué chez les femmes : vouloir le bad boy, costaud, protecteur, un peu bagarreur et en même temps, vouloir le Prince charmant, attentionné, doux…

Et chez les hommes ?

Julie du Chemin. La loi qui me vient spontanément à l’esprit est celle du moindre effort. Désolée Messieurs. Au début, quand on est dans la phase "séduction", on a droit à toutes les attentions, l’énergie, la présence… Et même au lit, on nous sert l’entrée, le plat, le dessert et même les hors-d’œuvre. Et puis, voilà. Après, c’est un peu le minimum syndical. Faire un compliment, c’est pas seulement au début, c’est tous les jours, toute l’année, toute la vie. Les femmes ont besoin de s’entendre dire qu’elles sont belles; et pas qu’une ou deux fois. La loi de l’acquis, c’est-à-dire croire que l’autre est acquis parce qu’on a une alliance et que tous les soirs, quand on rentre à la maison, sa femme est là, est aussi un des grands dangers plus souvent commis par les hommes et qui peut provoquer des séparations et faire qu’un jour tout s’effondre. La loi de l’oxymore est aussi parfois difficile à suivre pour les messieurs. Aujourd’hui, beaucoup d’hommes sont socialement à l’égal des femmes, mais si, dans la vie sexuelle, ils laissent ce côté féminin prendre toute la place et n’acceptent pas le paradoxe en eux d’être, aussi, des mâles, cela peut devenir problématique.

Et vous, à titre personnel, quelle est la loi que vous avez le plus de mal à respecter ?

JdC. Je dirais la loi du libre arbitre. Dans les conflits conjugaux, les jeux de pouvoir, j’ai tendance à retomber un peu dans des travers. Or il faut pouvoir choisir, dire stop : j’ai le choix de sortir de la pièce et aller prendre l’air. Je ne suis pas obligée de subir la situation.

PdS. Pour ma part, je dirais un peu toutes. Mais si je dois en choisir une, je dirais la loi de l’énergie. Autant j’en mets beaucoup dans mes activités professionnelles, autant je peux m’interroger sur l’énergie que je mets dans l’investissement de couple, familial, conjugal, amoureux, sexuel… Objectivement, peut-être que je n’en mets pas toujours assez. On peut dire que les cordonniers sont les plus mal chaussés et il y a de nombreux éléments que je peux appliquer à ma propre vie amoureuse et sexuelle si je veux la maintenir intéressante et épanouissante. J’ai encore à cheminer…


Les 12 lois universelles du bonheur amoureux et sexuel, à brûle-pourpoint

L’exercice n’a pas été aussi simple qu’on aurait pu l’imaginer. Aux deux auteurs de l’ouvrage, nous avons demandé de résumer spontanément, en une phrase et à brûle-pourpoint, chacune des douze lois universelles du bonheur amoureux et sexuel. Voici leurs réponses.

1. La loi de l’impermanence. C’est accepter que tout, le bonheur comme le malheur, change tout le temps et vouloir figer la situation conjugale, notre partenaire, nous-même, c’est risquer de passer à côté du bonheur amoureux et sexuel.

2. La loi de l’acquis. Si on veut conserver l’amour, il est important de toujours garder une part de mystère.

3. La loi du moindre effort érotique. L’être humain est par nature fainéant, y compris sur le plan amoureux et sexuel où l’on a tendance à en faire de moins en moins, ce qui détruit la relation amoureuse.

4. La loi de l’énergie. Mettez de l’énergie dans votre vie amoureuse et sexuelle et récoltez les fruits de ce que vous aurez semé.

5. La loi de l’espace-temps amoureux. En amour, il faut donner du temps au temps; l’impatience est nuisible mais traîner peut l’être tout autant. De même pour l’espace : il faut pouvoir s’éloigner et se rapprocher, trouver la juste distance pour ne pas étouffer.

6. La loi de l’expansion. L’amour grandit naturellement et vous grandit.

7. La loi du libre arbitre. A tout moment, on a le choix de décider ce que l’on met en priorité dans sa vie amoureuse et sexuelle.

8. La loi de l’oxymore. Il est parfaitement sain et naturel d’aimer une chose et son contraire, l’être humain étant par essence paradoxal et contradictoire.

9. La loi de la résilience. Prenez conscience de votre extraordinaire potentiel de surmonter les traumatismes du passé.

10. La loi de la prophétie. Choisissez consciemment ce que vous projetez, en positif comme en négatif, car cela risque de se réaliser.

11. La loi du lâcher prise. Acceptez les choses comme elles viennent et arrêtez de vouloir tout contrôler car l’amour, cela ne se contrôle pas; apprenez à savourer.

12. La loi de la pleine confiance. Ayez pleinement confiance en votre capacité à aimer et à être aimé.