Love & Sex

Le sexe fait souvent place à des conversations très intimes. Une question d’hormones…


James Bond ne s’y prendrait pas autrement : un orgasme et les secrets d'alcôve sont révélés. Le « pillowtalk », le déballage de toute notre vie privée au lit, est plus fort que nous. Des études scientifiques l’ont prouvé.

Livre ouvert

Satisfait par notre partie de jambes en l’air, notre corps se met à sécréter une hormone bien particulière : l’ocytocine. Véritable hormone du plaisir et de l’attachement amoureux, elle agit comme un antistress et favorise grandement les interactions sociales. « La communication post-coïtale est directement liée au taux de satisfaction ressenti pendant l’acte sexuel », assure Amanda Denes, auteure d’une étude récente sur le sujet. Tout chamboulé, notre cerveau baisse sa garde. Et c’est ainsi que, confiants comme tout, on se transforme en livre ouvert après nos ébats.

Des confidences essentielles au bien-être du couple

Il ne faut pas sous-estimer le poids des « je t’aime » chuchotés après le sexe. Ces déclarations participeraient même à la longévité du couple. « La conversation sur l’oreiller après une relation sexuelle réussie joue un rôle primordial dans le maintien de l’intimité du couple », assure la chercheuse. Selon un sondage réalisé aux États-Unis en 2012, les couples estiment qu’elles sont aussi importantes que l’acte lui-même. Les femmes, qui produisent moins de testostérone, sont plus enclines à se confier là où les hommes ont plus tendance à… s’endormir. Merci les endorphines.

Quand l’alcool mélange tout

Prendre son pied avec un coup dans le nez ne garantit pas les mêmes résultats. Si l’alcool est aussi connu pour délier les langues, il « ne permet pas la discussion autour de thèmes intimes, comme les sentiments », explique encore Amanda Denes. L’orgasme est donc un cocktail de sensations bien plus efficace…