Love & Sex

Ouvrages et conférences sur le sujet se multiplient en cette période de Saint-Valentin. Ce phénomène existe, bien qu’il soit régulièrement perçu comme faisant partie d’une légende urbaine ou appartenant aux comédies romantiques.

Qu’est-ce que c’est ?

Le coup de foudre est un phénomène qui peut toucher tout le monde. Tous ceux qui l’ont ressenti expliquent qu’il s’agit d’un sentiment fort et soudain qui survient lors des premières secondes d’une première rencontre. Une vive attirance physique et/ou émotionnelle qui transporte les personnes touchées dans un monde où l’amour et le désir règnent en maîtres.

Selon Stephanie Ortigue, professeur en psychologie et assistante en neurologie, il faudrait “un cinquième de seconde pour tomber amoureux”. Elle a mené l’étude Neuroimaging of love et s’est demandée si c’était le cerveau ou le cœur qui tombait amoureux. Elle a constaté que 12 zones du cerveau étaient sollicitées lorsqu’on a un coup de foudre. “Savoir lequel des deux tombe amoureux est une question piège. Je dirais le cerveau” , dit-elle en précisant que le cœur se manifeste aussi, parfois sous l’impulsion du cerveau.

Un peu d’histoire

Le coup de foudre existe dans l’histoire, ce qui contribue à sa légende. Le premier coup de foudre rapporté est celui de Ramsès II qui devint amoureux, au premier regard, d’une jeune et jolie princesse. Arielle Dombasle l’a toujours dit : elle est tombée amoureuse de son mari, Bernard Henri Lévy, en regardant une photographie sur un livre.

À travers différentes histoires et l’Histoire, Jean-Claude Bologne, romancier et journaliste, s’est intéressé à ce phénomène. Il vient de publier l’Histoire du Coup de foudre aux Éditions Albin Michel.

Et au niveau biologique ?

Les chercheurs de l’Université de Liège (ULg) donnent rendez-vous aux curieux le 13 février prochain, à 20 h, à la Brasserie Sauvenière, à Liège, afin de décortiquer les relations amoureuses. Lors du Doc’Café intitulé J’tai dans la peau , Vincent Geenen, endocrinologue, détaillera la “biologie du coup de foudre”.

Il y parlera, entre autres, de l’ocytocine, cette hormone dite neuropeptide de l’amour. “L’ocytocine est fabriquée dans certains neurones de l’hypothalamus dont les projections se répartissent dans différentes zones cérébrales et dans le lobe postérieur de l’hypophyse (neurohypophyse). Comme neurotransmetteur, elle est directement impliquée dans le coup de foudre entre deux personnes” , explique-t-il sur le site de l’ULg.