Love & Sex

Besoin d’un gynécologue à Bangkok ? De la pilule du lendemain à New-York City ? Une Américaine a lancé une plateforme dédiée à la santé des femmes partout dans le monde.


Où se faire dépister du VIH à Melbourne ? Acheter des tampons à Séoul ? Comment prononce-t-on “avortement” en vietnamien ? Ce sont des questions que toute femme qui voyage peut se poser. Gynopédia, en véritable Wikipédia des droits et de la santé sexuelle et reproductive des femmes, permet d’y répondre. Le principe est simple, il suffit de chercher un pays ou une ville – par exemple Rio de Janeiro – et le site donne conseils et adresses que chacun est libre d’ajouter.

Manque d’information en ligne

La plateforme participative est lancée en juillet dernier par Lani Fried, une enseignante américaine. Alors qu’elle préparait son périple dans plusieurs pays d’Asie, la jeune femme, issue de San Francisco, réalise qu’elle n’a aucune idée de comment se procurer un moyen de contraception dans les douze pays qu’elle compte visiter. “Que faire si je tombe enceinte ? Où vais-je faire mon frottis annuel ? […] Le manque d’information a été un sujet incessant dans ma vie et je suppose que beaucoup d’autres femmes ressentent la même chose” explique-t-elle sur Gynopédia.

“Maintes et maintes fois, j’ai eu besoin de conseils de locaux tout en ne trouvant pas beaucoup de ressources en ligne.” Si on trouve en effet facilement toutes les bonnes adresses food et les choses à visiter sur internet, Lani constate que c’est plus difficile en ce qui concerne la santé des femmes. “C’est comme ça que Gynopédia est né.”



Expériences partagées

Lani a commencé par nourrir le site elle-même, forte de ses expériences personnelles. Elle vit aujourd’hui à Hanoi, au Vietnam. "C’est beaucoup de travail pour développer et gérer un site avec autant d’informations, mais c’est aussi incroyablement enrichissant." Elle a ensuite contacté des organisations locales, des groupes Facebook ou encore des ONG dédiées à la santé des femmes, explique-t-elle à Broadly.

Développé sur le même modèle que Wikipédia, chacun peut ajouter du contenu. Sur sa page facebook, Lani invite d’ailleurs les utilisateurs/trices à alimenter le site. "Chacun a des infos essentielles à partager, et d'autres gens ont besoin de ces informations. […] Plus on aura de collaboratrices plus on va construire une connaissance collective, nous donner de la force et permettre à d’autres femmes de prendre des décisions éclairées, quant à leur corps."

Contrôle des naissances, pilule du lendemain, tests d'IST, produits menstruels, gynécologues, grossesse, accès à l'avortement et plus encore, Gynopédia fournit des informations pour plus de 80 villes dans 60 pays. Pour le moment, le site est uniquement disponible en anglais mais Lani espère très vite pouvoir traduire les articles en différentes langues dont le français. Le site n’est pas seulement dédié aux expatriés et aux globe-trotteuses. "Avant tout, la mission de Gynopédia est de fournir des infos pratiques et non moralisatrices."

L’élection de Donald Trump aux Etats-Unis l’a poussée à développer le projet. Dans une période où les droits des femmes sont attaqués, l’accès à une information fiable est primordiale, souligne Lani. "Quand les internautes contribuent à Gynopedia, ils permettent aux gens de connaître les lois et leurs droits reproductifs. Ils permettent de leur faire savoir quelles options sont possibles pour eux, combien ça va leur coûter et qui peut les aider. Quand les femmes partagent leurs conseils, c'est de l'émancipation : elles se donnent les moyens de lutter pour l'accessibilité, l'abordabilité et le choix." 

L’information, c’est le pouvoir !