Love & Sex

Le concept n’est pas si neuf. Souvenez-vous, dans la cour de récréation, vous demandiez à un copain, une copine, de vous aider à séduire votre amour de jeunesse, via des petits mots doux transmis de main en main (à l’époque où le téléphone portable n’existait pas évidemment). Depuis l’avènement d’internet, la recherche de l’âme soeur passe aussi (et de plus en plus) par la toile. Et les sites de rencontres, tout le monde connaît! Mais saviez-vous que des équipes de « séducteurs » proposent désormais aux célibataires de leur dégotter LE rendez-vous tant recherché sur le web?

Eux, ce sont les « dating assistants ». Ils draguent pour vous sur la toile, une sorte d’agence matrimoniale moderne. “ Malgré l’énorme potentiel des sites de rencontres, les gens sont déçus pour plusieurs raisons: trop chronophages pour obtenir un rendez-vous, des messages qui restent sans réponse alors qu’ils ont passé plusieurs dizaines de minutes à les écrire, des conversations qui s’arrêtent sans explication, etc. Ils voient en nous une solution originale pour profiter pleinement des sites de rencontres sans se prendre la tête, notamment les femmes, lassées de se faire draguer de manière parfois assez lourdingue”, explique Rémi, le fondateur de French Dating Assistant. « Certains aiment et savent séduire, d’autres ont besoin d’aide, pourquoi seraient-il pénalisés? Nous vivons à une époque où rencontrer l’amour est devenu très délicat, où les hommes et les femmes font preuve, à mon sens, d’une grande volonté, notamment en payant pour une chose qui pourrait sembler “due” ! », précise Lucie Mariotti, Love coach professionnelle Loveisinparis.com.

Des cadres pressés

Si séduire ne s’invente pas, la majorité des clients font appel au « dating assist » par manque de temps. C’est tout un boulot de parcourir les innombrables profils, rédiger les messages, consulter ses mails, répondre, sélectionner, etc. Voilà pourquoi, le bénéficiaire du service est généralement un homme ou une femme âgé(e) de 30 à 50 ans, cadre supérieur ou chef d’entreprise et souvent séparé depuis peu.

Déléguer fait donc partie du métier de ces clients, quoi de plus naturel alors que de payer (les tarifs sont parfois élevés) pour un service dont le taux de réussite est certain à 90% (remboursement en cas d’échec). Le dating assistant, lui, prend en main leur compte sur un site de rencontre, du profil aux messages, en passant par la sélection des personnes à séduire. Mais ce travail « insolite » ne se limite pas non plus à cette phase de « drague » sur internet: « Lorsque le rendez-vous est obtenu, j’appelle le client et je lui donne un compte-rendu de mes échanges pour le préparer au mieux à son “date” », explique Lucie. Une fois le demandeur lâché dans la nature, “le rendez-vous est une affaire d’alchimie qui ne dépend plus de nous ! D’après notre expérience, il faut en moyenne quatre rencontres pour démarrer une histoire qui passe le mois”, ajoute Rémi. Et parfois, on voit naître de magnifiques idylles: « Nous avons eu un client handicapé à qui nous avons fait rencontrer une jeune femme qui avait la main sur le cœur. Ça a été le début d’une très belle histoire », raconte-t-il.

« Love coach », tout un métier

Pour Lucie, c’est avant tout une histoire personnelle: « j’ai rencontré mon âme sœur, le père de mon bébé, sur internet. Je crois dur comme fer que c’est un excellent moyen de trouver l’amour. Puis, j’adore la séduction, l’écriture, trouver l’empathie nécessaire à la réussite de mon travail, j’ai la sensation très agréable de permettre à mes clients une chose merveilleuse, aimer et être aimés ! »

Si pour certains, draguer sur internet semble un jeu d’enfant, détrompez-vous, le job d’un « dating assistant » dépasse cette simple capacité. Chez French Dating Assistant, on recrute selon l’expérience en entreprise, la manière d’écrire, la sensibilité au marketing (il faut être capable de se vendre), l’empathie (un diplôme en psychologie est le bienvenu), la disponibilité et les qualités humaines et relationnelles.

Si le concept se développe de plus en plus en France, chez nous, il n’existe toujours pas. Certains Belges optent donc pour les services de sociétés françaises. Mais, vu le succès du « dating assist », on ne tardera pas à voir fleurir de telles entreprises en Belgique. C’est d’ailleurs à l’étude du côté de French Dating Assistant.