Love & Sex La chronique de notre sexologue, Marie Tapernoux. Si le baiser est tout naturellement présent en début de relation, il va fluctuer progressivement pour, bien trop souvent, finir par disparaître, créant un malaise dans le couple. Et ce cas de figure est régulièrement abordé en consultation...

Si le baiser est tout naturellement présent en début de relation, il va fluctuer progressivement pour, bien trop souvent, finir par disparaître … Et ce cas de figure est régulièrement abordé en consultations : "Pourquoi elle ne m'embrasse plus?", "Je ne lui plais peut-être plus ? ", "Je n'ose plus venir vers lui", "J'ai peur qu'elle me rejette", "Peut-être que je m'y prends mal?" ...

Entre incompréhension et frustration d’un côté ou perte d’envie, pudeur voire dégoût de l’autre, j’ai bien envie de vous en dire plus à ce sujet.


Ce qu'il y a de plus intime

Le baiser peut être vu comme ce qu’il y a de plus intime entre deux personnes : on se donne à l’autre, on accepte cette proximité physique des corps et des visages qui se touchent, se connectent littéralement pour ne former plus qu'un. Et il suffit d'un baiser pour changer la nature de la relation entre deux personnes.

Il peut être doux, intense, langoureux, délicat, furtif, goulu, mordant, timide ou encore sans complexe … et surtout, il y a autant de manières d’embrasser qu’il y a de personnes sur terre ! Par ailleurs, une même personne embrassera différemment selon son humeur et son contexte. Le baiser exprime ainsi les émotions de son auteur, un peu comme le fait le baromètre qui fluctue au fur et à mesure de la relation : plus passionnel au début, il peut devenir plus calme, plus sage par la suite … jusqu’à être plus distant lorsque l’on est en colère, en tension ou tout simplement éloigné l'un de l'autre.

D’un point de vue plus biologique, le baiser va activer des neurotransmetteurs tels que l’adrénaline (hormone du stress ou de l’activité physique), la dopamine (hormone du plaisir), la sérotonine (hormone du bonheur) ou encore l’ocytocine (hormone de l’amour, de la confiance et du lien). Mais il semblerait même que la testostérone, présente alors dans la salive tant chez l'homme que la femme, vienne s'ajouter à la liste. Sur les 5 sens que nous possédons, il en activera 3 : celui du toucher, du goût et de l’odorat … pas étonnant donc qu’il puisse provoquer autant de sensations!

Mais revenons au point de vue relationnel : au début de la relation, on se trouve dans une phase de découverte, d'ouverture à l'autre, on s'apprivoise, on s'autorise mutuellement cette proximité en se goûtant littéralement. C'est d'ailleurs ce premier baiser qui va marquer les esprits des amoureux puisqu'il sera alors considéré comme le point de repère du début de la relation. On s'en souvient généralement avec beaucoup de précision, des détails tant sur les émotions ressenties que sur le lieu et le contexte.

Progressivement avec les années, les partenaires vont s'installer, inévitablement, dans un certain confort, considérant leurs compagnons comme un peu plus "acquis", relâchant les efforts des débuts qui ont visiblement prouvé leur efficacité. On sort un peu moins de son cocon devenu tellement confortable et les petites habitudes quotidiennes prennent progressivement leur place. Les baisers quant à eux suivent le même rythme, puisqu'ils s'adaptent au contexte et aux émotions des partenaires. Rien d'anormal en soi... rassurez-vous.

Sauf qu'un jour, les baisers ont disparu... ou ils ne se résument qu'aux simples "touchers de lèvres" matinaux pour se dire "au-revoir et bonne journée". A l'image d'un mode d'emploi perdu, ces couples ne savent plus comment se retrouver, se reconnecter, passant ainsi à côté des sensations de bien-être, de rapprochement et d'intensité.


Alors que faire ?

Surtout ne paniquons pas : à l'image du vélo, embrasser ne s'oublie pas. Il suffit bien souvent de remonter en selle pour ressentir à nouveau les bénéfices de ces moments de tendresse.

En recommençant progressivement, au minimum une fois par jour, à vous embrasser de manière un peu plus douce, un peu plus intense, vous et votre partenaire pourrez apprécier à nouveau ces moments de partage. C'est davantage l'intention derrière le baiser qui va guider ce dernier. Il ne faut pas pour autant commencer avec le fameux "french kiss" ... y aller en douceur est le maître mot pour reprendre confiance en soi, en l'autre. Ensuite, progressivement, osez un peu plus en goûtant à nouveau votre partenaire, même de manière furtive ... vous serrez surpris de ressentir à nouveau cette impression de flottement voire de picotement dans le bas-ventre...

En réinvestissant votre couples au travers des baisers, d'autres questions peuvent également se poser:

- Êtes-vous satisfaits de votre relation conjugale ?

- Souhaitez-vous retrouver plus de complicité ou proximité avec votre partenaire ?

- Passez-vous suffisamment de moments de qualité en amoureux ?

Car souvent, derrière l'absence de baisers se cachent d'autres sphères conjugales délaissées ... c'est donc l'occasion de remettre en place des sorties, des moments d'échanges, du dialogue, des petites surprises pour réactiver un peu de cette passion des débuts.

Et si malgré cela, vous sentez que quelque chose coince, que vous n'y arrivez pas ensemble, n'hésitez pas à demander conseils auprès d'un professionnel de la relation. Il serait dommage, en effet, de laisser les frustrations et l'incompréhension prendre toute la place entre vous ... conseils d'une sexologue.


Marie Tapernoux consulte à Lasne et à Braine l'Alleud.