Magazine

La course tant attendue des 20 km de Bruxelles, c'est déjà ce dimanche. Attention, on annonce des températures qui frôlent les 30 degrés !

Comme chaque année, les 20 km de Bruxelles attendent une foule de coureurs impressionnante. Pour faire face à la chaleur, la Croix-Rouge déploiera ses forces. Elle mettra en place un poste de soins médicaux à l'arrivée avec des équipes médicales de la clinique universitaire Saint-Luc. On en retrouvera un dans les vestiaires et également douze autres répartis tout au long du parcours. Les six postes d'eau seront renforcés par le sponsor Spa. Deux jets d'eau seront également placés à la sortie du Bois de la Cambre et avenue de Tervuren. Mais pour éviter d'apporter une surcharge de travail à ces équipes qui auront sans doute fort à faire avec les cas les plus sérieux, voici déjà quelques conseils pour une course réussie.


Avant la course

- Le samedi, prenez le temps d'aller courir 30 minutes, histoire de relaxer les muscles et relâcher la pression.

- Pas envie de courir ? hop, du vélo.

- Le dimanche matin, prenez votre petit déj tôt pour qu'il soit digéré rapidement. Le but : un estomac vide au départ


Mental

- Pour aborder sereinement votre course, il faut au moins avoir couru régulièrement 15 km et s'être entraîné à la course et au vélo pendant trois à quatre mois avant.

- L’objectif premier est de terminer la course : économisez votre énergie et votre effort. Ne partez pas comme une bombe, ne suivez pas vos équipiers s'ils courent un peu plus vite.

- Au ravitaillement, ralentissez, buvez et grignoter. Mieux vaut perdre un peu de temps que de ne pas terminer

- Se dire qu'on peut courir 15 km et finir en marchant si c'est trop dur mais au moins on terminera. Et on terminera dans les temps.

- Confort maximal avec des vêtements et des chaussures testées et approuvées auparavant en situation.

- Le soir même, ne soyez pas obnubilé par ce qui va se passer le lendemain ! Pas la peine d'essayer de se coucher tôt pour être en forme le lendemain. Baladez-vous, changez-vous les idées. Relativisez et ne vous mettez pas la pression du chrono.

- Lisez le témoignage de Caroline Jourdain, sportive qui revient du Marathon des Sables.


Nourriture

- S'hydrater un maximum, boire beaucoup beaucoup et régulièrement (2 à 3 litres par jour). Et commencer à vous habituer dès aujourd'hui à boire au moins 2 litres par jour.

- Limiter (arrêter c'est même mieux) l'alcool.

- Si auparavant vous aurez mangé beaucoup de légumes cuits et de crudités, le vendredi et le samedi, renforcez les rations de glucides en les répartissant bien dans la journée.

- Le repas du samedi soir ? Du riz, peu ou pas de graisses, une viande blanche et une compote de fruits. Repas d'hôpital mais c'est pour la bonne cause.

- Pendant la course, prenez le temps de boire, ne négligez surtout pas cela, quitte à perdre un peu de temps.


L'après-course

- S'étirer !

- Boire beaucoup d'eau et ne pas succomber trop vite à la tentation de la bonne petite bière bien fraîche.

- Du Vichy St-Yorre tout de suite après, une boisson sucrée dans l'heure, puis une compote. Ensuite, vous pourrez réattaquer des aliments plus solides mais pas gras comme des gâteaux de riz, des crêpes à la confiture, du gâteau de semoule, des sandwichs avec du pain de mie blanc à la confiture ou au fromage frais.

- Ne pas manger de graisses au repas qui suit, et puis pas trop de viande ni poisson ni d’œufs dans les deux jours qui suivent ; buvez bien dans les jours qui suivent : le meilleur repère étant que les dernières urines de la journée soient claires « comme de l’eau ».