Magazine

Dans le cadre d'Octobre Rose, nous avons demandé à Rosette Van Rossem de Pink Ribbon de nous parler très pratiquement du cancer du sein. Et parce que le dépistage précoce de la maladie sauve 9 femmes atteintes sur 10, mieux vaut tout savoir et se faire suivre. 

« Surtout à partir de 50 ans, âge à partir duquel les femmes courent le plus de risques de développer un cancer du sein. C’est dans cette tranche d’âge que se présentent les trois quarts des cas », explique Rosette. « Or, plus le diagnostic est précoce, moins le traitement sera radical et plus grandes sont les chances de guérison complète. »


Les signaux d’alarme

Il est également conseillé de prendre contact avec son médecin si un des symptômes suivants apparaît :

  • un gonflement ou une petite boule au sein
  • une douleur inhabituelle au(x) sein(s)
  • une sécrétion ou un mamelon rétracté
  • une inflammation visible par une rougeur et qui peut être chaude au toucher
  • une ‘peau d’orange’ ou des inégalités dans la peau
  • une petite blessure ou une ulcération qui ne guérit pas
  • de l’eczéma autour du mamelon
  • un gonflement des ganglions lymphatiques aux aisselles ou aux clavicules


Les malentendus

La mammographie peut prévenir le cancer du sein

>> Faux. Une mammographie permet de détecter une toute petite anomalie avant qu’il n’y ait des symptômes visibles ou avant qu’on ne puisse sentir quoi que ce soit. Mais tous les cancers du sein ne présentent pas d’anomalies précoces repérables sur une mammographie et toutes les anomalies ne sont pas repérées.


Les femmes qui ont de petits seins ont moins de risque de cancer du sein.

>> Faux. Les données scientifiques démontrent que les femmes qui ont des seins plus lourds ne présentent pas plus de cancers du sein que les femmes qui ont de petits seins.


Une tumeur au sein signifie presque toujours un cancer

>> Faux. Une petite boule au sein est un des signaux d’alarme qui doivent vous amener à consulter un médecin. Mais la plupart sont heureusement des anomalies bénignes.


Je mange sainement, ne bois pas d’alcool, évite le surpoids et fais beaucoup de sport. Je ne peux donc pas avoir le cancer du sein.

>> Oui et non. Malheureusement ce n’est pas si simple. Bien que la recherche scientifique ait démontré qu’un tiers des cancers peut être évité par un style de vie sain, ceci n’est pas la garantie d’une vie sans cancer.


Les traitements hormonaux après la ménopause augmentent le risque de cancer du sein

>> Vrai. Traiter les femmes ménopausées par des substitutions hormonales peut augmenter le risque de tumeurs au sein dues aux hormones.


Ma maman a/avait un cancer du sein. Je l’aurai donc moi aussi.

>> Faux. La forme génétique représente 5 à 10% du nombre total des cancers du sein.