Magazine

Le 21 mars dernier, la célèbre marque rouge et jaune annonçait la fin de ses célébrissimes blagues. Celles-ci allaient être remplacées par des jeux ludo-éducatifs. Télévision, radio et internet s'étaient empressés de relayer l'information qui en indignait plus d'un. D'ailleurs, quelques jours plus tard, plusieurs pétitions étaient lancées pour sauver les "blagues Carambar" de l'oubli.

Depuis la fin des années 60, elle sont en effet une "des valeurs emblématiques du produit" comme le rappelle la marque dans un communiqué paru ce lundi matin. Un communiqué rédigé pour annoncer que tout ceci... "était une blague".

Carambar explique qu'il s'agissait en fait d'une "opération de buzz" qui, il faut bien l'avouer, a bien fonctionné, puisque, comme désiré, l'annonce a alimenté les conversations de ces cinq derniers jours.

"La relation entre Carambar et les Français, c’est comme une histoire d’amour, de temps à autre, il faut la raviver. C’est quand on croit perdre ce qui nous est cher que l’on réalise à quel point on y tient. Les preuves d'amour que cette opération a suscitées nous rappellent que la marque carambar fait partie de notre patrimoine collectif" explique le groupe fred & farid à l'origine de cette opération, conçue et orchestrée par ses deux agences, kids love jetlag et fred & farid media.

"On veut donner un coup de fouet à la marque et on était beaucoup critiqué sur la qualité de nos blagues", a expliqué à l'AFP une porte-parole de ces confiseurs, créées en France en 1954 et qui ont commencé à faire des blagues en 1969.

Lundi dans un film diffusé sur le site, Carambar explique comment la marque a monté "la plus grande blague de l'année", à grand renfort de publicité, d'informations savamment distillées sur le net, de "kit presse" distribués aux journalistes.

A l'instar des blagues que l'on peut lire en mangeant les caramels, cette histoire n'était pas forcément drôle. Elle a au moins eu le mérite de faire parler d'elle. Et de Carambar.