Magazine

Depuis une semaine circule dans le landerneau bruxellois l’information selon laquelle les charges pour antisémitisme à l’encontre du comédien Dieudonné lors de ses spectacles belges de 2012 auraient été abandonnées. L’information reprise par et sur certains médias, tant papier qu’électroniques avait été diffusée sur base de propos du conseil de l’humoriste, Me Sébastien Courtoy, qui avait précisé que la Justice n’allait plus poursuivre son client puisqu’elle avait classé le dossier. Et de le considérer comme "une belle victoire pour Dieudonné" .

Il faut recontextualiser l’info : Dieudonné, qui s’était vu refuser plusieurs lieux à Bruxelles, avait prévu de donner une représentation en mai 2012 au Fiesta Club, sis au quai des Usines, mais elle n’avait pu avoir lieu suite à l’intervention de la police.

Les déclarations du conseil du comédien français ont ému la communauté juive car selon ses représentants, l’avocat n’a pas précisé davantage ce dont il était question. S’il n’y a pas eu de suite à Bruxelles, c’est parce que le spectacle n’a pas pu se dérouler. Ce qui ne change en aucune manière la donne pour ce qui est de la suite judiciaire d’un autre spectacle à Herstal à la mi-mars 2012, où il y a eu des plaintes pour incitation à la haine et de réelles questions sur la dimension négationniste de certains propos. Pour le Comité de coordination des organisations juives de Belgique, "cette tentative de manipulation de la vérité est destinée à peser sur la procédure liégeoise où le dossier de la représentation d’Herstal est autrement plus lourd." En tout cas, diverses associations y sont très attentives, à commencer par le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme.C.Le