Magazine

La Grande traversée est un projet de série documentaire réalisée par Aurore Coco Wouters, jeune Bruxelloise, qui nous fait découvrir 7 femmes réalisatrices dans différents pays du monde.


Coco – c’est son surnom – affiche un sourire constant et déborde d’énergie. Et il lui en faut. La jeune femme a entamé il y a deux ans un projet vaste et un peu fou: parcourir plusieurs pays du monde à la rencontre de réalisatrices. Un rêve éveillé pour cette diplômée en anthropologie et en cinéma. "C’est parti d’une idée très large: je cherchais des modèles féminins autour de moi. J’avais envie de découvrir des femmes qui nous montrent comment réaliser des rêves, qui plus est dans des secteurs où les hommes ont le pouvoir". Son intérêt pour le cinéma l’amène vers des femmes réalisatrices.

Franchir les frontières

La Belgique compte plusieurs réalisatrices, aussi talentueuses qu’invisibles, mais Coco décide de prendre la route, de franchir les frontières. "C’était en 2015, au moment où la Belgique et d'autres pays occidentaux étaient frappés par des attentats, un moment où toutes les frontières se refermaient. J’avais envie de les ouvrir. De rencontrer ces autres cultures", explique la réalisatrice d'à peine 30 ans. Plusieurs critères ont été pris en compte pour choisir les femmes qu'elle allait rencontrer. Il fallait qu'elles fassent du cinéma indépendant, des films à points de vue. Les femmes réalisatrices à qui Coco s’intéresse sont aussi des femmes qui "ont déjà réussi et prouvé quelque chose", une sélection en festival par exemple. Non pas pour raconter des success stories mais plutôt pour comprendre la bataille qu’elles ont dû, et surtout doivent toujours livrer malgré leur " succès". "Pour moi, avoir un vrai modèle, c'est regarder quelqu'un sans filtre. Les femmes dans ce film ont toutes lutté, surmonté des obstacles, fait des sacrifices d'ordre relationnel ou financier, ce qui les rend admirables", explique Coco. Le premier contact se passe via skype. Certaines refusent, d’autres sont emballées par le projet.

Totale immersion

Coco aménage un petit camion, c'était il y a deux ans. Et la voilà partie sur les routes, avec son chien Jackie, compagnon "qui la sauvera dans les moments de doute et de solitude". Son documentaire l'a déjà menée en Russie, en Mongolie, en Finlande et au Kazakhstan.

La réalisatrice décide de filmer chaque réalisatrice à une étape différente de son film. Dans chaque pays, elle passe entre trois et cinq mois sur place, presque sous perfusion avec la réalisatrice. Ce qui n'est pas toujours simple, de l'aveu de Coco :"Je les suis dans leurs moments de doute, où même quand tout s’écroule, c’est parfois difficile, il y a eu beaucoup d’engueulades". Après une semaine par exemple, Selma Vilhunen, réalisatrice finnoise, veut quitter le projet. Elle reviendra finalement.

Tout en s'imprégnant du quotidien des réalisatrices – en vraie anthropologue – Coco se raconte aussi elle-même. "Je suis un personnage de mon film", explique-t-elle. Avec son lot de galères. Coco se souvient par exemple – et elle le raconte sans perdre son large sourire – de son arrivée en Mongolie, une soirée glaciale, sans le sou pour pouvoir se louer une chambre. "C’est tout le temps difficile, c’est ça qui est intéressant, tu te prends des baffes et tu te relèves", explique-t-elle. Le manque d’argent, surtout. Parce que c'est très coûteux de faire un film, et les circuits de production sont semés d’embûches. "J’ai frappé à tellement de portes, aucune ne s’est ouverte ! C’est ça aussi qui m’a donné envie de faire ce film quand même, une envie de dire 'je vous emmerde tous et vous montre de quoi je suis capable'", confie la jeune réalisatrice, dont l'abnégation a payé. Elle bénéficie aujourd'hui de producteurs derrière elle.

Dans quelques jours, et un crowdfunding pour renflouer les caisses, la jeune femme va reprendre la route. Elle en brûle d'impatience. Direction la Chine et l’Inde, les dernières étapes de sa série documentaire. Son plus grand souhait ? Un projection de son docu avec la présence de toutes les réalisatrices qui y figurent.


Pour en savoir plus sur le film : The Great Journey / La Grande Traversée sur Facebook

Lien vers le crowdfunding : https://www.indiegogo.com/projects/the-great-journey-women#/