Magazine

L’ogre hollywoodien et ses avocats s’expriment pour la première fois depuis le mois d’octobre et l’explosion de l’"affaire Weinstein". Le début d'une contre-attaque ?


Octobre 2017. Harvey Weinstein, le dieu tout-puissant d’Hollywood, tombe de son Olympe. Accusé d’agressions sexuelles par de nombreuses actrices dans le New York Times, le producteur faisait depuis profil bas. Après des mois de silence, il prend aujourd’hui la parole.

Prouver que "ces accusations sont fausses"

"Pour des raison évidentes, Harvey Weinstein et ses avocats ont décidé de ne pas s’exprimer publiquement au sujet des femmes qui ont accusé Weinstein de harcèlement sexuel. Malgré le fait qu’il y a suffisamment de preuves pour montrer que ces accusations sont fausses", peut-on lire dans un communiqué relayé par Het Laatste Nieuws.

Rose McGowan, femme à abattre

Rose McGowan - l'actrice est l'un des éléments-clés de l'affaire - est la cible privilégiée des avocats de Weinstein. "Elle essaie de calomnier M. Weinstein avec un mensonge audacieux qui est nié non seulement par M. Weinstein lui-même, mais par au moins deux témoins", avancent-ils. McGowan publie aujourd'hui une autobiographie, Brave, dans laquelle elle raconte avoir été violée par un "monstre" en 1997 lors du festival de Sundance


S'il n'est jamais nommé, nul doute qu'il s'agisse bien d'Harvey Weinstein. En effet, l'actrice a été l'une des premières femmes à accuser publiquement le producteur.

La contre-attaque est lancée.