Magazine

L'ancienne esclave sexuelle de la star s’exprime dans un nouveau documentaire choc de la BBC, R. Kelly : Sex, Girls and Videotapes.


Faire enfin éclater la vérité au grand jour. C’est au mois d’octobre que l’ancienne chanteuse Kitti Jones témoigne pour expliquer comment elle s’est échappée des griffes acérées de R. Kelly et sa secte. Dans le privé, le chanteur de R&B serait un grand un manipulateur qui parviendrait à transformer de (très) jeunes femmes admiratives en esclaves sexuelles, et ce, depuis des années. Elle l’affirme : l’une d’elles avait 14 ans lorsqu’elle a commencé.

Une "formation" commencée à 14 ans

Kitti Jones prend aujourd’hui la parole dans un nouveau documentaire de la BBC3 diffusé le 28 mars, R. Kelly: Sex, Girls and Videotapes. L’occasion de dévoiler de nouveaux détails sordides sur le mode de fonctionnement du « harem » de la star. Harem dont elle s’est échappée après deux années de cauchemar, de 2011 à 2013. « J’ai été introduite par l’une des filles qu’il m’a confié avoir ‘formée’ depuis ses 14 ans. C’étaient ses mots », explique Jones, 34 ans. R. Kelly aurait ainsi eu 6 femmes sous son joug selon un article de BuzzFeed.

"Elle va t'apprendre comment être avec moi"

Et selon Kitti Jones, l’interprète de The World’s Greatest les conditionne afin qu’elles se ressemblent toutes. Physiquement, mais aussi mentalement. 6 femmes « formées » dans un seul but : son plaisir absolu. « Elle était habillée comme moi, avait les mêmes expressions que moi et les mêmes manières. C’est là que j’ai eu le déclic, j’ai compris qu’il m’avait abusé afin que je devienne l’un de ses ‘animaux de compagnie’ », détaille Jones dans le documentaire. « Il les appelle comme ça ». Une fois les présentations faites, R. Kelly aurait forcé la femme – son nom n’est pas dévoilé – à se mettre à quatre pattes pour lui faire un cunnilingus. « C’est mon putain d’animal, je l’ai entraînée. Elle va t’apprendre comment être avec moi », aurait alors dit le chanteur selon le Guardian

Contacté par la BBC et par le Guardian, R. Kelly s’est refusé à tout commentaire.