Magazine

Un Américain d’extrême droite a des plans bien sordides en tête. Il va installer des bombes le long du parcours du marathon de Boston et les faire exploser durant la course.

Cette histoire nous est familière. Le 15 avril dernier restera à jamais un jour funeste pour les sportifs et les Américains. Trois personnes ont perdu la vie, plus de 180 autres sont blessées, parfois très gravement. Car, ce jour-là, des bombes ont explosé près de la ligne d'arrivée du marathon.

Dans le roman de Tom Lonergan, Heartbreak Hill, le thriller du marathon de Boston, le terroriste se fait arrêter avant qu'il n'ait eu le temps de faire exploser les bombes. Les victimes du 15 avril, n'ont, elles, pas eu le droit à ce "Happy End". Et c'est peut-être là la seule différence entre les deux récits.

Les similitudes entre le livre publié en 2002 et les tristes évènements que nous connaissons sont en effet troublantes. Si l'identité du coupable n'est toujours pas connue, au lendemain du drame, le Washington Post explorait la piste des milices d'extrême droite.

Choqué, l'auteur du roman s'est confié au Huffington Post: "Oh mon Dieu, exactement comme je l'avais prédit !". L'homme décrit sa réaction comme "immédiate et viscérale". Il n'imaginait pas que l'idée qui lui était venue en 1996, lors de la 100ème édition du marathon, deviendrait réalité.

Heartbreak Hill, le thriller du marathon de Boston, qu'il avait rédigé alors que les États-Unis étaient enclins à la psychose suite aux évènements du 11 septembre 2001, ne sera toutefois pas retiré de la vente. Tom Lonergan assure en effet que celui-ci ne s'est, de toutes façons, pas beaucoup vendu.